Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hypokaliémie sévère révélant une maladie de Cushing - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.392 
I. Halloul, Dr , A. Ben Abdelkarim, Dr, W. Ben Othman, Dr, G. Saad, Dr, M. Kacem, A. Maaroufi, Dr, K. Ach, Pr
 Service d’endocrinologie diabétologie, CHU Farhat-Hached, Sousse, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’hypokaliémie est un problème fréquemment rencontré en pratique courante. Connaître les mécanismes physiopathologiques est essentiel pour guider l’enquête diagnostique. Nombreuses étiologies sont faciles à identifier ; par contre, il y en a d’autres qu’il faut être attentif pour les cerner. Nous présentons un cas d’hypokaliémie sévère révélant une maladie de Cushing (MC).

Cas clinique

Il s’agit d’une patiente âgée de 58 ans, adressée pour prise en charge d’une hypokaliémie sévère avec un diabète décompensé. Elle avait des antécédents familiaux de maladies métaboliques. Elle a été diagnostiquée récemment d’un diabète sucré. Cliniquement, elle présentait un syndrome de Cushing avec des signes d’hyperandrogénie. À la biologie, elle avait une hypokaliémie sévère à 1,6mmol/L associée à des signes cliniques et électriques avec kaliurèse inadaptée et une décompensation cétosique diabétique. Un syndrome de Cushing ACTH-dépendant a été confirmé par un test de freinage faible positif avec un taux d’ACTH élevé à 114pg/mL. La phase aiguë a été jugulée par une correction des troubles métaboliques et une insulinothérapie. L’enquête étiologique a conclu à une MC secondaire à un macroadénome hypophysaire de 16×14mm sans signes d’envahissement locorégional. La patiente a été opérée par voie transphénoïdale avec confirmation histologique de l’adénome à ACTH.

Conclusion

L’hypokaliémie secondaire à la MC n’est pas fréquente ; elle est retrouvée seulement dans 10 % des séries portant sur la MC. L’effet inhibiteur de niveaux élevés de l’ACTH et de corticostérone et de désoxycorticostéroïde qui possèdent une activité minéralocorticoïde pourrait expliquer l’hypokaliémie en cas de syndrome de Cushing ACTH-dépendant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 285-286 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Profil hormonal des adénomes hypophysaires
  • K. Faraoun, F. Chentli, H. Boukhari, L. Zemmour, N. Midoun
| Article suivant Article suivant
  • Insuffisance hypophysaire : impact du sport intensif ou des compléments alimentaires ?
  • S. Abid, B. Ben Amor, H. Marmouch, H. Sayadi, I. Kochteli

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.