Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les adénomes hypophysaires : aspect épidémiologique, clinique, biologique, radiologique et thérapeutique au CHU Mohammed VI d’Oujda - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.418 
J. El Habnouny, Dr, I. Assarrar, Dr , S. Berrabeh, Dr, S. Rouf, Pr, H. Latrech, Pr
 CHU Mohammed VI d’Oujda, Oujda, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les adénomes hypophysaires représentent 10 à 20 % des tumeurs intracrâniennes. Ils sont essentiellement classés selon leur taille en pico-adénomes, microadénomes et macroadénomes. Ils sont également classés en fonction de leurs propriétés sécrétoires en adénomes sécrétants ou non fonctionnels.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective et descriptive, sur une période de 5 ans, ayant colligé 60 patients présentant un adénome hypophysaire.

Résultats

L’âge moyen des patients était de 38,55 ans avec un sex-ratio de 1,1. Le tableau clinique était dominé par le syndrome tumoral hypophysaire retrouvé chez 45,03 %. Sur le plan radiologique, les macroadénomes étaient de loin les plus fréquents (71,6 %). Une insuffisance antéhypophysaire a été retrouvée chez 40 % des cas. Dans notre étude, la maladie de Cushing et les adénomes non fonctionnels représentent les étiologies les plus fréquentes (23,3 % chacune), suivis par les prolactinomes (21,7 %). Les adénomes somatotropes ont été retrouvés chez 13,3 % des cas. Soixante-dix pour cent des patients ont été opérés par voie transphénoïdale, dont 15 % ayant reçu une radiothérapie. Le traitement médical a été envisagé chez 66,6 % des patients.

Conclusion

La prise en charge des adénomes hypophysaires doit être multidisciplinaire engageant neurochirurgiens, endocrinologues, radiologues et ophtalmologues. La décision du choix thérapeutique est prise en fonction de plusieurs critères incluant : la taille, le caractère secrétant ou non fonctionnel, le caractère invasif ou non et la réponse au traitement médicamenteux… [1]. Tous les dossiers de nos patients ont été staffé dans une réunion de concertation multidisciplinaire intitulée « staff de l’hypophyse ».

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 294 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évolution des prolactinomes sous traitement médical
  • F.Z. Melki, L. Saadaoui, H. Salhi, H. El Ouahabi
| Article suivant Article suivant
  • Une hypophysite à IgG4 révélée par un syndrome du sinus caverneux
  • T. Galvez, C. Marelli Tosi, C. Carra Dalliere, P. Labauge, J. Boetto, N. Leboucq, C. Aguilhon, E. Renard, I. Raingeard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.