Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Une tumeur hypophysaire malpighienne de haute malignité révélée par un prolactinome kystique - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.432 
S. Sanogo, Dr , N. Moussaid, Dr, I. Sakka, Dr, F. Plat, Dr, H. Ennaifer, Dr
 Service d’endocrinologie, centre hospitalier d’Avignon, Avignon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les prolactinomes sont les adénomes hypophysaires les plus fréquents (60 %) ; le sex-ratio est de 10 femmes pour un homme avant 50 ans. Les macroprolactinomes sont plus fréquents chez l’homme. La transformation d’un prolactinome en carcinome hypophysaire est exceptionnelle, une mutation du gène RAS a été incriminée dans certaines études.

Observation

Nous rapportons un cas d’adénome à prolactine kystique, apparemment isolé et bénin dont l’anatomopathologie révèle la présence d’une lésion malpighienne de haute malignité. Monsieur M.L., 28 ans nous a été adressé par le service d’imagerie, pour une masse intrasellaire de 13mm de diamètre et 18mm de hauteur avec expansion suprasellaire, d’allure kystique responsable d’une latéro-déviation de la tige pituitaire à l’IRM hypophysaire qui avait été demandée par son médecin traitant pour des douleurs rétro-orbitaires évoluant depuis un an. À l’examen clinique : TA : 11/8cmHg, poids : 73kg, IMC : 25,63kg/m2, dysfonction érectile. L’hypophysogramme montre une hyperprolactinémie isolée (prolactine : 789 mUI/L). Le champ visuel était normal. Le patient a été opéré par voie trans-sphénoïdale et a présenté en postopératoire un diabète insipide et une hypothyroïdie centrale qui ont été supplémentés. L’anatomopathologie de la pièce opératoire montre : un adénome hypophysaire à prolactine avec une surexpression de la protéine P53 et une seconde lésion épithéliale malpigienne qui exprime la CK 5/6, avec un index de prolifération estimé par l’anticorps Ki67 supérieur à 80 %.

Discussion

Le carcinome hypophysaire est rare, sa prise en charge est mal codifiée et l’évolution est le plus souvent défavorable.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 299 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Aspects évolutifs de la maladie de Cushing : à propos de 42 cas
  • D. Ben Salah, S. Mohamed Elmoctar, F. Haj Ghassem, M. Elleuch, M. Mnif, F. Mnif, N. Rakik, N. Charfi, M. Abid
| Article suivant Article suivant
  • Les adénomes hypophysaires au cours des néoplasies endocriniennes multiples de type 1 : à propos d’une série tunisienne
  • K. El Arbi, F. Mnif, Y. Lajmi, F. Abdelhedi, W. Belabed, D. Bensalah, F. Hadjkacem, H. Kammoun, M. Abid

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.