Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ptosis isolé révélant une apoplexie hypophysaire - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.455 
M.A. Loukili, Dr , Y. Lazreg, Dr, S. Rouf, Pr, H. Latrech, Pr
 CHU Mohammed VI, Oujda, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’apoplexie hypophysaire se définie comme un infarctus et/ou hémorragie de la glande pituitaire. C’est une urgence diagnostique et thérapeutique, le tableau clinique est trompeur. Classiquement, il associe un syndrome tumoral hypophysaire avec des signes endocriniens, pouvant être confondu avec une méningite et retarder la prise en charge.

Observation

Nous rapportons le cas d’un patient âgé de 53 sans antécédents pathologiques qui a présenté un ptosis droit associé à un vertige minime sans syndrome tumoral ni signes en faveur d’hypersécrétion ou de déficit hypophysaire. L’examen clinique avait noté une paralysie du nerf oculomoteur commun et ptosis complet de l’œil droit. L’exploration hormonale a montré un panhypopituitarisme. Les déficits endocriniens ont été substitués. L’IRM hypophysaire a objectivé des remaniements nécrotiques et hémorragiques sans adénome. Le dossier a été discuté en réunion de concertation pluridisciplinaire incluant un endocrinologue, neurochirurgien et radiologue, un traitement conservateur a été opté, vu la stabilisation des lésions avec un risque opératoire important, l’évolution été favorable marquée par une régression complète de ptosis avec IRM hypophysaire normale après 2 ans.

Discussion

Chez notre patient, le mode de révélation était un ptosis isolé brutal ; ceci souligne l’intérêt d’évoquer ce diagnostic en cas d’atteinte oculomotrice isolée. L’absence de l’adénome hypophysaire à l’IRM est très peu décrite dans la littérature. La corticothérapie demeure le traitement initial en cas d’atteinte oculomotrice isolée, ce qui était le cas chez notre patient, la chirurgie est indiquée en cas de retentissement visuel ou instabilité des lésions [1].

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 306 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Incidentalome rare révélé au cours d’une grossesse : pinéalocytome
  • I. Abidi, M. Ettaik, A.A. Guerboub, G. Belmejdoub
| Article suivant Article suivant
  • Un adénome hypophysaire gourmand !
  • G. Nannette, C. Brouzeng, E.L. Glaude, L. Belia, M. Torzini, M. Pelages, I. Cirederf, C. Gruel, A. Diedhiou, F.L. Velayoudom

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.