Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hypophysite auto-immune : forme pseudotumorale - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.461 
D. Ben Salah, Dr , S. Allegue, Dr, M. Elleuch, Dr, A. Salah, Dr, N. Charfi, Dr, M. Mnif Feki, Pr, F. Mnif, Pr, F. Hadj Kacem, Dr, N. Rekik, Pr, M. Abid, Pr
 Service d’endocrinologie, CHU Hedi Chaker, Sfax, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

L’hypophysite est une pathologie résultant de l’inflammation de l’hypophyse et de la tige pituitaire. D’origine primitive ou secondaire, elle peut causer des insuffisances endocriniennes, un diabète insipide ou une hyperprolactinémie. L’hypophysite auto-immune en particulier la forme pseudotumorale, est une forme rare touchant surtout la femme jeune, en période de péripartum.

Nous rapportons le cas d’une patiente âgée de 27 ans, qui consulte, un an post-partum pour des céphalées et vomissements, suivis d’une crise convulsive généralisée dans un contexte fébrile, sachant que son accouchement était hémorragique sans retour des couches mais suivi d’un allaitement pendant un an. Les explorations en urgence ont conclu à une méningo-encéphalite herpétique. La patiente a été mise sous traitement adéquat avec une bonne amélioration clinique. Devant la persistance d’une hyponatrémie, une cortisolémie a été faite revenue basse à 11nmol/L. Un traitement par HSHC a été alors initié avec une bonne évolution. L’hypophysiogramme complet a conclu à une insuffisance antéhypophysaire touchant les axes corticotrope, thyréotrope, gonadotrope et lactotrope. Un complément par IRM hypotalamohypophysaire a montré un élargissement de l’antéhypophyse et de la tige pituitaire sans extension suprasellaire. Le diagnostic d’hypophysite auto-immune dans sa forme pseudo tumorale a été retenu et la patiente a été mise sous traitement substitutif. Elle a gardé néanmoins des céphalées invalidantes. Elle a été mise sous corticothérapie à la dose de 0,8mg/kg/j, avec une amélioration spectaculaire des céphalées.

L’hypophysite auto-immune est une entité rare dont le diagnostic est posé sur un faisceau d’arguments clinicobiologiques et radiologiques. Le traitement repose sur la substitution des axes touchés et sur la corticothérapie en cas de syndrome tumoral marqué.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 308 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Un syndrome polyuro-polydipsique secondaire à une histiocytose langerhansienne : à propos de 2 cas
  • M. Ben Souda, L. Bouabdellaoui, H. Salhi, H. El Ouahabi
| Article suivant Article suivant
  • Adénome gonadotrope fonctionnel avec hypersécrétion secondaire de testostérone
  • A. Kerekou Hode, A.H. Dedjan, L. Hode

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.