Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Métastase pleurale d’un cancer papillaire de la thyroïde : difficultés de prise en charge - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.492 
S. Mensi, Dr , I. Halloul, Dr, W. Touila, Dr, M.A. Bettaie, Dr, T. Dardouri, Dr, A. Ezzine, Dr, H. Charfi, Dr, M. Nouira, Dr, M. Ben Fredj, Dr, R. Sfar, Dr, K. Chatti, Pr
 CHU Sahloul, Sousse, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les cancers différenciés de la thyroïde sont généralement de bon pronostic lorsqu’ils sont en extension locale. Les métastases à distance sont rares, leur survenue aggrave le pronostic. La localisation pleurale est exceptionnelle, nous en rapportons un cas et discutons leur prise en charge.

Observation

Il s’agit d’un patient âgé de 64 ans, opéré pour un carcinome papillaire de la thyroïde avec des métastases pulmonaires et pleurales synchrones classées pT3 N1M1. La TDM thoracique a montré des nodules pulmonaires bilatéraux avec une pleurésie de grande abondance droite et collapsus pulmonaire passif en regard. La biopsie pleurale a confirmé qu’il s’agit d’une métastase pleurale du cancer papillaire. Le patient a eu 200 mCi d’iode 131, le balayage du corps entier a montré une fixation cervicale et pulmonaire droite diffuse qui se projette sur l’imagerie hybride au niveau de l’épanchement pleural avec un foyer de fixation plus intense au niveau d’un nodule pleurale, les nodules pulmonaires sont de fixation faible. Le dosage de la thyroglobuline reste toujours élevé. Malgré que ces métastases sont iodofixantes, l’IRAthérapie est peu efficace vu la faible dose d’irradiation reçu. Devant la récidive de l’épanchement pleurale mal toléré par le patient, une pleurodèse lui a été pratiquée avec amélioration de son état clinique et une chimiothérapie serait discutée.

Conclusion

Bien que rare, la présence de métastases pleurales d’un carcinome papillaire de la thyroïde est de pronostic péjoratif. L’IRAthérapie serait inefficace dans ce cas et le traitement est essentiellement à visée palliative. Une chimiothérapie est à discuter.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 319 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndrome des loges et hypothyroïdie congénitale : quand l’arrêt du traitement entraîne une urgence chirurgicale
  • S. Cambos, M. Puerto, D. Royaux, I. Machelart, A. Tabarin, M. Haissaguerre
| Article suivant Article suivant
  • Une résistance aux hormones thyroïdiennes toxique et goitrigène : à propos de 3 complications
  • F. Kohler, H. Hoth Guechot, L. Humbert, A. Jannin, C. Marciniak, M.C. Vantyghem

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.