Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Thyrotoxicose induite par une grossesse molaire - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.502 
A. Hajji, Dr a, , I. Zouari, Dr a, D. Toumi, Dr b, R. Faleh, Pr a
a CHU Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie 
b CHU Tahar Sfar, Mahdia, Monastir, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’hyperthyroïdie est une endocrinopathie fréquente chez la femme jeune. Au cours de la grossesse, il s’agit souvent d’hyperthyroïdie biologique (2,4 %). La thyrotoxicose est un syndrome lié à l’excès des hormones thyroïdiennes et constitue une complication rare des maladies trophoblastiques, notamment les môles hydatiformes.

Observations

Nous rapportons le cas d’une femme jeune de 23 ans, qui a consulté nos urgences pour palpitations, tachycardie et sueurs profuses. L’examen relevait un tremblement fin des extrémités. Une échographie pelvienne réalisée devant la notion d’aménorrhée montrant l’aspect d’une grossesse molaire complète confirmée par un taux de B-HCG à 68 000 UI/L. Au cours de l’hospitalisation et devant l’accentuation des signes cliniques on a demandé un bilan thyroïdien qui a révélé des valeurs élevées de FT4. après évacuation chirurgicale de la grossesse, l’évolution était marquée par une normalisation progressive de l’HCG et du bilan thyroïdien.

Discussion

Dans notre cas, la thyrotoxicose était la circonstance révélatrice de la grossesse molaire. Elle s’explique par une analogie structurale et fonctionnelle entre la TSH et l’hCG ce qui confère à cette dernière une activité thyréostimuline. Le profil biologique montre une élévation de T4 libre et de T3 avec un taux de TSH indétectable. Les signes thyrotoxicosiques sont généralement tolérables et ne nécessitent que rarement une thérapeutique. Dans certains cas, ces signes peuvent être très graves, nécessitant une hospitalisation en milieu de réanimation. Les signes disparaissent totalement après évacuation utérine. Leur persistance doit faire évoquer le passage à une maladie trophoblastique persistante.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 322 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les dysthyroïdies au cours de la grossesse
  • F. Hadj Kacem, W. Belabed, M. Elleuch, D. Ben Salah, N. Rekik, F. Mnif, N. Charfi, M. Mnif, M. Abid
| Article suivant Article suivant
  • Hépatite thyrotoxique sur hyperthyroïdie transitoire de la grossesse : à propos d’un cas
  • C.L. Bifoume Ndong, J.R. Ekoundzola, S. Rafi, G. El Mghari, N. El Ansari

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.