S'abonner

La première luxation antérieure de l’épaule : quelles lésions anatomiques ? - 04/11/20

First anterior shoulder dislocation: Leading anatomic lesions?

Doi : 10.1016/j.jts.2020.10.003 
J. Rodineau
 22, avenue René-Coty, 75014 Paris, France 

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Wednesday 04 November 2020
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

Le complexe articulaire de l’épaule est une structure ostéo-articulaire fréquemment concernée par les traumatismes. La luxation d’épaule concerne principalement des adultes jeunes, mais peut, néanmoins, survenir à tout âge. En revanche, le risque de récidive est inversement proportionnel à l’âge. A contrario, d’autres facteurs comme la technique ou la durée d’immobilisation paraissent peu modifier l’incidence des récidives. Les lésions anatomiques de la première luxation d’épaule, son histoire naturelle et les facteurs de risque de récidive sont bien identifiés de nos jours et il est indispensable de les connaître pour les reconnaître et les traiter de façon appropriée. La stabilité de l’épaule n’est assurée que par quelques éléments offrant la particularité d’être majoritairement des tissus mous : la capsule articulaire et les ligaments glénohuméraux moyen et inférieur, le labrum et l’enveloppe tendinomusculaire de la coiffe des rotateurs. La première luxation survient préférentiellement lors d’un épisode traumatique au cours d’une activité sportive chez des sujets jeunes entre 20 et 35 ans et dans la majorité des cas chez des hommes. Les sports les plus concernés sont les sports de contact lors d’une chute sur l’épaule : rugby, judo ; certains sports individuels par chute sur la paume de la main, le bras en rétropulsion-rotation externe : ski, snowboard, patinage, patinage à roulettes, bicyclette, moto, surf, planche à voile ; les mouvements forcés ou les traumatismes en abduction et rotation externe lors de sports individuels : lancers, tennis ou de sports collectifs : volleyball, basketball, handball, water-polo ; enfin des chocs directs sur le moignon de l’épaule et des tractions violentes sur le bras comme dans le rugby ou les sports de combat. Les diverses lésions anatomiques provoquées par une première luxation antérieure ou antéro-interne sont variées, notamment capsulo-labro-ligamentaires et osseuses. Les atteintes des parties molles comportent la lésion capsulo-périostée de Bankart qui correspond à une avulsion du labrum inférieur au niveau de l’insertion du LGHI, les lésions ligamentaires isolées avec un labrum normalement inséré sont beaucoup plus rares que la lésion de Bankart, l’avulsion du ligament glénohuméral inférieur au niveau du col de l’humérus, les ALPSA (Anterior Labral Periosteal Sleeve Avulsion) : avulsion complète du manchon labro-ligamentaire antérieur. Les lésions osseuses sont constituées par l’encoche humérale, initialement décrite par Malgaigne, connue dans la littérature anglo-saxonne sous le nom de « Hill-Sachs lesion » et a été définie comme une lésion « engageante », et les lésions de la glène habituellement situées au bord antéro-inférieur de la cavité. De ce premier épisode peut résulter des manifestations fort variables : avant tout une appréhension, mais aussi des douleurs lors de l’armé du bras ; des épisodes de subluxation ; une ou des luxations récidivantes. Après une première luxation, l’instabilité de l’épaule dépend donc de n… facteurs, notamment de lésions anatomiques qui doivent être connues pour être traitées efficacement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The shoulder is a complex bone and joint structure frequently affected by trauma. Shoulder dislocation is mainly observed in young adults, but nevertheless can occur at any age. The risk of recurrence is inversely proportional to age. Conversely, other factors such as the surgical technique or the duration of immobilization appear to have little impact on recurrence. The anatomic lesions inflicted by a first shoulder dislocation, the natural course of the condition, and its risk factors have been well identified and must be clearly understood by clinicians to ensure appropriate treatment. The shoulder joint is stabilized by a small number of elements, mainly soft tissues, including: the joint capsule, the middle glenohumeral ligaments (and inferiorly, the labrum and the rotator cuff tendons and muscles). In general, the first time a patient experiences a shoulder dislocation, there has been a traumatic event, often during sports activities in young subjects aged 20 to 35 years. Most of the patients are male. Shoulder dislocation is encountered in many sports, i.e., contact sports (rugby, judo) where falls on the shoulder are common; certain individual sports (ski, snowboard, ice skating, roller skating, cycling, motorcycling, surf, windsurf) where the mechanism is often a fall caught on the open hand; other individual sports where forced movements or trauma in abduction and external rotation occur (throwing sports, tennis); team sports (volleyball, basketball, handball, water polo); and finally, sports such as ruby or combat sports where direct shocks to the shoulder concomitent with violent traction on the arm may occur. Various anatomic lesions are caused by the first anterior or antero-medial shoulder dislocation, affecting the bone or capsule-labrum-ligament structures. Soft tissue injuries include the Bankart lesion, a combination of anterior labral tear and capsuloperiosteal stripping affecting the inferior glenohumeral ligament, isolated ligament injuries with a normally inserted labrum (much more exceptional than the Bankart lesion), avulsion of the inferior glenohumeral ligament at the humeral neck, and anterior labral periosteal sleeve avulsion. Bone injuries include Hill-Sachs lesion, an engaging lesion causing a cortical depression in the humeral head, and injury to the glenoid surface, generally involving the anteroinferior rim. This first episode may trigger a wide range of manifestations: apprehension predominates, but pain when raising the arm, episodes of subluxation, or recurrent dislocation also occur. After a first dislocation, shoulder instability involves n… factors, and in particular anatomic lesions that must be identified for proper treatment.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Épaule, Première luxation, Traumatologie, Sports

Keywords : Shoulder, First dislocation, Trauma, Sports


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.