Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement de première intention du syndrome clinique d’hyperactivité vésicale non neurologique - 19/11/20

First-line treatment for non-neurogenic overactive bladder

Doi : 10.1016/j.purol.2020.08.055 
X. Gamé a, , V. Phé b
a Département d’urologie, transplantation rénale et andrologie, CHU Rangueil, université Paul-Sabatier, TSA50032, 31059 Toulouse, France 
b Service d’urologie, AP–HP, hôpital Pitié-Salpêtrière, Sorbonne université, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 16
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’objectif de ce travail était de faire une synthèse des connaissances actuelles sur le traitement de première ligne du syndrome clinique d’hyperactivité vésicale (SCHV).

Méthode

Une revue systématique de la littérature à partir de Pub Med, Embase et Google Scholar a été menée en juin 2020.

Résultats

Les traitements comportementaux reposent sur l’entraînement vésical et la reprogrammation mictionnelle en se basant sur le catalogue mictionnel. Des mesures hygiénodiététiques doivent être proposées. Elles incluent la diminution des apports hydriques, de la consommation de caféine, de sodas, la perte de poids, l’éviction de jus de fruits acides et d’une alimentation salée épicée et acide, l’alcalinisation des urines par régime et éventuellement, une supplémentation en vitamine D. La rééducation périnéo-sphinctérienne repose principalement sur les techniques manuelles, l’électrostimulation et/ou le biofeedback. Elle a montré son efficacité dans le traitement du SCHV. Chez la femme ménopausée, l’hormonothérapie locale permet d’améliorer l’ensemble des symptômes du SCHV. Les traitements médicamenteux oraux incluent les anticholinergiques et les bêta-3-agonistes. Ils ont une efficacité comparable et supérieure au placebo. En cas d’échec de la monothérapie, ils peuvent être associés.

Conclusion

En dehors de certaines règles hygiénodiététiques, l’efficacité des traitements de première ligne du syndrome clinique d’hyperactivité vésicale a été montrée par des études prospectives contrôlées. Ils peuvent être proposés isolément ou en association.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

The aim was to synthesize current knowledge on overactive bladder (OAB) first-line treatments.

Method

A systematic literature review based on PubMed, Embase and Google Scholar was conducted in June 2020.

Results

Behavioral treatments are based on bladder training and timed voiding using a bladder diary. Lifestyle modifications should be suggested. They include reduction of fluid intake, consumption of caffeine, sodas, weight loss, avoidance of acidic fruit juices and of spicy and acidic salty diet, alkalization of urine by diet and possibly, vitamin D supplementation. Pelvic floor muscle training is mainly based on manual techniques, electrostimulation and/or biofeedback. It has been shown to be effective in treating OAB. In menopausal women, local hormone therapy improves all OAB symptoms. Oral drugs include anticholinergics and beta-3-agonists. Their efficacy is quite similar and superior to placebo. In case of failure of monotherapy, they may be combined.

Conclusion

Apart from some lifestyle modifications, the efficacy of first-line treatments for OAB has been demonstrated by prospective controlled studies. They may be prescribed individually or in combination.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Hyperactivité vésicale, Traitement, Médicament, Rééducation, Comportement

Keywords : Overactive bladder, Management, Drug, Behavior, Physiotherapy


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 14

P. 904-919 - novembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation d’un syndrome clinique d’hyperactivité vésicale non neurologique
  • V. Phé, X. Gamé
| Article suivant Article suivant
  • Traitement du syndrome clinique d’hyperactivité vésicale non neurologique réfractaire
  • X. Gamé, V. Phé

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.