Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Suspicion de valvulopathie sous venlafaxine - 20/11/20

Doi : 10.1016/j.toxac.2020.10.003 
C. André 1, , V. Gras 2, J. Moragny 2, J.-M. Gaulier 3, A.-S. Lemaire-Hurtel 1, S. Bodeau 1
1 Laboratoire de pharmacologie-toxicologie, CHU Amiens-Picardie, France 
2 Centre régional de pharmacovigilance, CHU Amiens-Picardie, France 
3 Laboratoire de toxicologie, CHRU Lille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Contexte

Les valvulopathies toxiques sont dues à une stimulation des récepteurs sérotoninergiques 5HT2B. Ainsi, des médicaments agonistes de ces récepteurs tels que les dérivés de l’ergot de seigle dopaminergiques, les anorexigènes ou encore certains stupéfiants (amphétaminiques, cocaïniques) sont connus pour induire des valvulopathies toxiques. En revanche, pour les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSNA), le risque valvulotoxique n’a pas été encore clairement établi.

Description du cas

Une patiente de 41 ans est hospitalisée au CHU Amiens-Picardie pour un bilan d’altération de l’état général. Une tri-valvulopathie associée à une diminution significative de la fraction d’éjection ventriculaire gauche est diagnostiquée. Après avoir éliminé les principales pathologies génératrices de valvulopathie, un diagnostic de valvulopathie toxique est évoqué.

Méthodes

Des prélèvements sanguin et urinaire sont réalisés à l’admission afin de rechercher par LC-MS/MS, la présence de xénobiotiques connus pour être pourvoyeurs de valvulopathie. Une mèche de cheveux de 15cm est analysée par LC-HRMS dans le but de révéler une potentielle exposition chronique. Enfin, une consultation de la base nationale de pharmacovigilance est effectuée afin de recenser le nombre de déclarations de valvulopathies survenues sous ISRS et IRSNA et autres antidépresseurs agonistes 5-HT (mirtazapine, miansérine, tianeptine et vortioxetine).

Résultats

Le criblage toxicologique montre la présence de venlafaxine, d’alprazolam, de zopiclone, de furosémide, de tramadol, d’ofloxacine et de THC-COOH dans le sang et les urines. L’analyse segmentaire des cheveux confirme une exposition chronique pour la venlafaxine, l’alprazolam, le zopiclone, le THC dans tous les segments de cheveux. Aucun dérivé amphétaminique ni aucun nouveau produit de synthèse (NPS) n’est détecté. La base nationale de pharmacovigilance dénombre 19 cas de valvulopathies incriminant des ISRS, IRSNA dont 5 atteintes valvulaires fœtales.

Discussion-conclusion

Les analyses toxicologiques ne révèlent pas de prise récente ou ancienne de xénobiotiques dont l’implication dans le développement de valvulopathie toxique est univoque. Dans le cas présent, parmi les molécules identifiées, seule l’exposition chronique à la venlafaxine, antidépresseur de la classe des ISRNA, pourrait être impliquée sans que son imputabilité puisse réellement être établie. Son mécanisme d’action pharmacologique, qui repose sur l’inhibition du transporteur synaptique de la sérotonine, SERT, induit une stimulation indirecte des récepteurs 5HT2B. Des études expérimentales plaident également en faveur de son implication [1, 2]. En revanche, bien que la base nationale de pharmacovigilance recense des cas incriminant les ISRS et les IRSNA dans le développement de valvulopathies toxiques, peu d’études cliniques concluent à une association [3]. L’imputabilité de la venlafaxine dans ce cas de valvulopathie toxique n’a donc pas pu être établie avec certitude mais le manque de données scientifiques prouvant son absence d’implication a motivé l’arrêt de la molécule chez cette patiente.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 4

P. 246 - décembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mise en évidence d’un possible trouble factice (syndrome de Münchhausen) par exposition au chloramphénicol : première identification de l’antibiotique dans les cheveux
  • A. Ameline, J.-S. Raul, P. Kintz
| Article suivant Article suivant
  • Étude des traces de stupéfiants sur la monnaie fiduciaire du Nord–2019
  • S. Bargel, A. Vannobel, N. Poncy-Calixte, A. Bléard, A. Vieillard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.