Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Problématique des hospitalisations en rapport avec la consommation de substances psychoactives au sein de l’agglomération Marseillaise : développement d’une méthode de détection des nouveaux produits de synthèse (NPS) - 20/11/20

Doi : 10.1016/j.toxac.2020.10.005 
J. Becam 1, , N. Fabresse 1, C. Solas 1, J. Micallef 2
1 Laboratoire de pharmacocinétique et toxicologie, CHU La Timone, AP–HM, Marseille, France 
2 Service de pharmacologie clinique, centre régional de pharmacovigilance, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Le but de ce projet est de documenter les hospitalisations en rapport avec les nouvelles substances psychoactives (NPS) au sein de l’agglomération Marseillaise. Premièrement en développant une méthode de dépistage des NPS afin de documenter biologiquement les cas. Puis en investiguant le versant clinique de ces cas en lien avec le Centre d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance–addictovigilance PACA Corse (CEIP-A) [1].

Méthode

La méthode développée en chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse en tandem permet la détection, dans le sang et dans l’urine de 63 substances psychoactives (SPA) et leurs métabolites (hors cannabinoïdes de synthèse). Elle présente une limite de détection allant de 10 à 50ng/mL. Elle comprend 48 NPS, 3 SPA usuelles (amphétamine, cocaïne et MDMA) et 10 SPA médicamenteuses mésusées (buprénorphine, codéine, éphedrine, fentanyl, kétamine, méthadone, morphine, oxycodone, prégabaline, sufentanil). La méthode est appliquée à tous les patients hospitalisés avec une demande de bilan toxicologique adressée au laboratoire du 28/02/2020 au 28/05/2020. En cas de dépistage positif, l’identification de la molécule est confirmée par une méthode alternative au sein du laboratoire.

Résultats

Sur 551 patients dépistés, la présence de SPA est mise en évidence chez 41 d’entre eux. Onze femmes et 30 hommes âgés de 15 à 65 ans. La cocaïne est retrouvée chez 27 patients, la méthadone chez 14 patients, la MDMA chez 4 patients. La 3-MMC est la seule NPS détectée : chez 4 patients de sexe masculin âgés de 24 à 35 ans. Bien qu’ils aient présentés une symptomatologie qualifiée « d’inhabituelle » par les équipes médicales, l’évolution clinique a été favorable pour tous. Le profil des 4 consommateurs de NPS est en accord avec la littérature [2]. La 3-MMC appartient à la famille des cathinones, une des familles de NPS représentant le plus de cas d’intoxications aiguës rapportées actuellement en France [3].

Conclusion

Ce travail a mis en évidence la consommation de cathinones dans l’agglomération Marseillaise, celle-ci nécessitant un recours aux soins. Ce travail a permis d’incrémenter les bilans toxicologiques avec la recherche de NPS et de renforcer la collaboration entre le CEIP-A PACA-Corse et le laboratoire de toxicologie de la Timone. Permettant, de développer, au niveau individuel une meilleure prise en charge des patients et au niveau collectif un outil de repérage précoce des nouvelles tendances de consommation et d’identification des conséquences sanitaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 4

P. 247 - décembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude des traces de stupéfiants sur la monnaie fiduciaire du Nord–2019
  • S. Bargel, A. Vannobel, N. Poncy-Calixte, A. Bléard, A. Vieillard
| Article suivant Article suivant
  • Intoxication à l’acide gamma-hydroxybutyrique (GHB) : à propos d’un cas chez un slameur
  • P. Duguès, J.-C. Alvarez

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.