Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Disparate exposure to physically demanding working conditions in France - 21/11/20

Disparités d’exposition aux conditions de travail physiques pénibles en France

Doi : 10.1016/j.respe.2020.09.008 
N. Havet a, , J. Fournier a , J. Stefanelli a , M. Plantier a , A. Penot b
a Laboratoire SAF, ISFA, université de Lyon, université Claude-Bernard Lyon 1, 50, avenue Tony-Garnier, 69007 Lyon cedex, France 
b GATE – UMR 5824-CNRS, ENS Lyon, université de Lyon, 15, parvis René-Descartes, BP 7000, 69342 Lyon cedex 07, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 10
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Background

Our study was aimed at examining disparate exposure to physically demanding working conditions in France, a key objective being to identify the types of employees/jobs requiring high-priority preventive actions.

Methods

We analyzed the data from the 2017 French nationwide cross-sectional survey (SUMER) on occupational hazards to which French employees in various sectors were subjected. The prevalence of several types of physically demanding working conditions (lifting of heavy loads, awkward body postures, vibrations, noise, and extreme temperatures) was explored. Potential associations of individual and job characteristics with these factors of hardship at work were studied by multivariate logistic regression.

Results

In total, 48% of employees were exposed to at least one physically demanding working condition and 24.8% were exposed to multiple constraints. While managers and intellectual professionals were exposed relatively infrequently to physical constraints, blue-collar workers experienced the highest frequency of exposure. On the one hand, the role of company size depended on the factor of hardship at work considered; on the other hand, employees in large-scale companies were generally less exposed. As expected, employees in the construction industry were the most exposed to physical constraints; that said, our results also show that some activities in the services sector (e.g., personal care, administrative and support services) were quite significantly affected by a wide array of physically demanding working conditions.

Conclusion

Notwithstanding the establishment in France of Plans de Santé au travail (preventive workplace health and safety plans), occupational risks were found to be high, and above all, they were unevenly distributed among the various socio-professional categories, and strongly contributed to social inequalities in health. Our results identify the types of publics to be designated as high-priority targets for preventive measures aimed at reducing the adverse impacts of physically demanding working conditions and the incidence of associated musculoskeletal disorders.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Position du problème

L’objectif de cette étude était d’examiner les disparités d’exposition aux facteurs de pénibilité physiques en France, afin d’identifier quels types de salariés et d’emplois nécessitent des actions de prévention prioritaires.

Méthodes

Ce travail repose sur l’exploitation de l’édition 2017 de l’enquête Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels (SUMER), représentative de l’ensemble de la population salariée française. Les prévalences d’exposition à différentes conditions de travail physiques pénibles (manutention répétée de charges, postures pénibles, vibrations, nuisances sonores et thermiques) ont été calculées. Des régressions logistiques multivariées ont été réalisées pour examiner les associations potentielles de ces facteurs de pénibilité avec des caractéristiques individuelles, d’emploi et d’entreprise.

Résultats

Au total, 48 % des salariés en France métropolitaine (11,3 millions de salariés) étaient exposés à au moins un facteur de pénibilité physique en 2017 et 24,8 % étaient exposés à plusieurs d’entre eux. Les cadres et les professions intellectuelles étaient relativement moins exposés aux contraintes physiques, alors que les ouvriers présentaient les fréquences d’exposition les plus élevées. L’influence de la taille de l’entreprise dépendait du facteur de pénibilité considéré, même si les salariés des grandes entreprises semblaient en général moins exposés. Comme attendu, les salariés dans le secteur de la construction étaient les plus exposés aux contraintes physiques. Mais nos résultats montrent que des activités de services (telles que les soins aux personnes, les activités de services administratifs et de soutien) étaient aussi significativement plus concernées par certaines conditions de travail physiques pénibles.

Conclusion

Malgré la mise en place de Plans de Santé au Travail axés sur la prévention des risques professionnels, les expositions aux facteurs de pénibilité sont encore relativement importantes aujourd’hui en France. Ils sont surtout toujours inégalement répartis entre les différentes catégories socioprofessionnelles et contribuent ainsi fortement aux inégalités sociales de santé. Nos résultats permettent d’identifier les publics à viser par des actions de prévention prioritaires afin de réduire les effets néfastes des conditions de travail physiques pénibles et les troubles musculosquelettiques associés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Health inequalities, Occupational exposure, Physically demanding working conditions, Physical workload, Harmful noise, Awkward body postures

Mots clés : Inégalités de santé, Expositions professionnelles, Conditions de travail physique, Port de charges, Bruit nocif, Postures pénibles


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 68 - N° 6

P. 327-336 - novembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dialogue entre médecin généraliste et patient : les consommations de tabac et d’alcool en question, du point de vue du patient
  • C. Cogordan, G. Quatremère, R. Andler, R. Guignard, J.B. Richard, V. Nguyen-Thanh
| Article suivant Article suivant
  • La sécurité liée aux soins : écarts entre l’expérience et la satisfaction de patients hospitalisés à partir d’entretiens menés par des représentants d’usagers
  • O. Gross, B. Agostini, P. Belleval, I. Cavé, M. Citrini, S. Fernandes, M. Ghadi, N. Graeve, R. Gagnayre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.