Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Facteurs liés au maintien dans l’entreprise à un mois chez 8507 salariés déclarés médicalement inaptes en Hauts-de-France entre 2014 et 2018 - 21/11/20

Factors related to the one-month retention of 8507 employees declared medically unfit in Hauts-de-France companies between 2014 and 2018

Doi : 10.1016/j.respe.2020.10.002 
B. Boulanger a, M. Surquin b, S. Fantoni-Quinton c, A. Leroyer a, , d
a Service de santé publique, d’épidémiologie, d’économie de santé et prévention/Public health, epidemiology, health promotion and disease prevention unit, CHU de Lille, 59000 Lille, France 
b Institut de santé au travail du Nord de la France/Occupational health institute of the northern French region, 59000 Lille, France 
c Centre de consultations de pathologies professionnelles et environnement/Advisory center for occupational and environment-related pathologies, CHU de Lille, 59000 Lille, France 
d Université de Lille, Inserm, CHU Lille, U1286 – INFINITE –Institute for Translational Research in Inflammation, 59000 Lille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Position du problème

Devant le faible taux de maintien dans l’entreprise après une inaptitude, l’objectif de l’étude était de déterminer les facteurs associés au maintien dans l’entreprise un mois après l’avis d’inaptitude médicale au poste de travail du fait soit de troubles du système ostéo-articulaire, des muscles et du tissu conjonctif (TSOA), soit de troubles mentaux et du comportement (TMC).

Méthodologie

Cette étude était basée sur l’ensemble des salariés déclarés inaptes par les médecins du travail participants à l’enquête régionale « Inaptitudes » dans les Hauts-de-France entre 2014 et 2018. La recherche des facteurs liés au maintien dans l’entreprise à un mois a été réalisée par régression logistique pour chacun des deux groupes étudiés.

Résultats

L’étude a concerné 5352 salariés inaptes du fait d’un TSAO et 3155 salariés inaptes du fait d’un TMC. Un mois après l’avis d’inaptitude, 6,9 % (TSOA) et 3,6 % (TMC) des salariés étaient maintenus dans leur entreprise. Les principaux facteurs influençant défavorablement le taux de maintien dans l’entreprise à un mois pour ces deux grands types de pathologies étaient le genre féminin (OR=0,63 IC95 % [0,47–0,84] et OR=0,50 [0,32–0,78] respectivement pour les TSOA et TMC), une longue durée d’arrêt de travail (OR=0,26 [0,18–0,40] et OR=0,22 [0,11–0,45] respectivement pour les TSOA et TMC pour des arrêts de plus de six mois versus l’absence d’arrêt), l’appartenance à une entreprise de moins de 50 salariés, les secteurs d’activité de la « construction » et des « services divers », comparativement au « secteur industriel ». Pour les salariés inaptes du fait d’un TSOA uniquement, un âge plus important (>50 ans) et une faible ancienneté dans l’entreprise (<5 ans) étaient également des facteurs négativement associés à un maintien à un mois dans l’entreprise.

Conclusion

Le « maintien dans l’entreprise » comme outil du « maintien en emploi » est un axe peu traité venant renforcer les recommandations actuelles de réduction des inégalités de conditions de travail et de formation professionnelle des salariés selon l’âge et la catégorie socioprofessionnelle, et des inégalités de parcours professionnel selon le genre.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Background

Given the low rate of retention in a company after an employee has been found unfit for the job, our aim was to determine the factors related to employees being kept by their company one month after being declared unfit for the job due to either a musculoskeletal disease (MSD) or a mental health disorder (MHD).

Methods

This study was based on all employees declared unfit for the job by the occupational physicians in the “Unfitness” survey in the French “Hauts-de-France” region between 2014 and 2018. For each of the two groups of workers, factors related to the employees being kept by their company one month after being declared unfit for the job were studied by logistic regression.

Results

Only 6.9% of the 5352 workers declared unfit for the job due to MSD were kept in their company whereas 3.6% of the 3155 workers declared unfit for the job due to MHD were kept in theirs. For the two groups of workers, the proportion of employees kept by their company decreased with female gender (OR=0.63 95%CI [0.47–0.84] for MSD and OR=0.50 [0.32–0.78] for MHD for female vs. male), long sick-leave (OR=0.26 [0.18–0.40] for MSD and OR=0.22 [0.11–0.45] for MHD for sick-leave>6 months vs. no sick leave), small size of the company (<50 employees) and working in the construction field or services sector (vs. industry or administration). Concerning the employees declared unfit due to MSD alone, the proportion of employees kept by their company decreased for seniors (>50 years old) and for those with low seniority (<5 years).

Conclusion

“Retention in a company” as a tool for “maintenance of employment” is a little-discussed subject, lending further credence to the current recommendations for reduction of inequalities in working conditions and vocational training of employees according to age and socio-occupational category, and also for reduction of inequalities in occupational pathways according to gender.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Médecine et santé au travail, Troubles musculo-squelettiques, Troubles mentaux

Keywords : Occupational Medicine, Musculoskeletal Diseases, Mental Disorders


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 68 - N° 6

P. 357-365 - novembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La « crise des pilules » en France : les femmes ont-elles davantage consulté un.e gynécologue afin d’accéder plus facilement au DIU ?
  • M. Le Guen, R. Agius, H. Panjo, C. Moreau, groupe Baromètre Santé 2016
| Article suivant Article suivant
  • Le risque d’incarcération des personnes suivies en psychiatrie. Une étude longitudinale rétrospective dans le département français de l’Oise à partir du Recueil d’informations médicalisé en psychiatrie
  • L. Plancke, J. Gonfroy, C. Lancelevée, T. Danel, C. Delaplace, T. Fovet, P. Thomas, A. Amariei

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.