Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Déterminants de la réticence des dermatologues vis-à-vis du tatouage chez les patients atteints de psoriasis. Une étude internationale - 03/12/20

Reluctance determinants of dermatologists about tattooing in patients with psoriasis. An international study

Doi : 10.1016/j.annder.2020.07.008 
C. Grodner a, , A. Beauchet b, N. Kluger c, d, A.-C. Fougerousse e, E. Cinotti f, F. Lacarrubba g, M. Amy de la Bretèque a, N. Quiles-Tsimaratos h, E. Mahé a
pour le

GEM Resopso

a Service de dermatologie, hôpital Victor-Dupouy, 69, rue du Lieutenant-Colonel Prud’hon, 95100 Argenteuil, France 
b Département de santé publique, centre hospitalier universitaire Ambroise-Paré, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, 9, avenue Charles de Gaulle, 92100 Boulogne-Billancourt, France 
c Department of dermatology, allergology, and venereology, university of Helsinki and Helsinki university central hospital, Helsinki, Finlande 
d Consultation tatouage, service de dermatologie, hôpital Bichat-Claude Bernard, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, 46, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France 
e Service de dermatologie, hôpital d’instruction des Armées Bégin, 69, avenue de Paris, 94160 Saint-Mandé, France 
f Service de dermatologie, dipartimento di scienze mediche, chirurgiche e neuroscienze, A.O.U.S. Le Scotte, università degli Studi di Siena, Siena Italie 
g Dermatology clinic, university of Catania, Catania, Italie 
h Service de dermatologie, hôpital Saint-Joseph, 26, boulevard de Louvain, 13008 Marseille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le tatouage est une pratique de plus en plus répandue, avec une prévalence d’environ 10 à 30 % de la population en occident. Le projet « Tatou » a évalué les risques liés au tatouage chez les patients psoriasiques. La première partie a montré une forte opposition des dermatologues aux tatouages chez ces patients alors que moins d’un quart des dermatologues avait une expérience personnelle de complications. La deuxième partie a montré un taux très faible (6,6 %) de complications locales sur tatouage chez ces patients et l’absence de complication sévère. Ces constatations nous ont amenés à évaluer les déterminants de cette réticence par rapport au tatouage chez les 468 dermatologues inclus dans la première partie du projet « Tatou ».

Méthodologie

Nous avons mené une étude internationale transversale en France, Finlande et Italie. Nous avons évalué l’expérience et l’opinion des dermatologues sur le tatouage chez les patients psoriasiques, via un questionnaire anonyme et avons cherché à identifier les déterminants de l’opposition au tatouage, afin d’établir des profils des dermatologues « tatou-sceptiques » dans 4 situations : psoriasis actif, psoriasis quiescent, traitement par dermocorticoïdes et biothérapies.

Résultats

L’opinion générale des dermatologues par rapport au tatouage était défavorable (3,5±2,8/10), en particulier, en analyse multivariée, chez les dermatologues plus âgés (p=0,01), libéraux (p=0,04) et non tatoués (p<0,0001). En analyse multivariée, le principal paramètre influençant la position du praticien pour le tatouage était son opinion personnelle par rapport au tatouage (p<0,0001) quelle que soit l’activité de la maladie ou le type de traitement. De façon plus inconstante, les Italiens, les Finlandais et les femmes étaient plus réticents au tatouage.

Conclusion

Cette analyse suggère un défaut d’objectivité des dermatologues qui s’opposent au tatouage, plus vraisemblablement du fait d’une mauvaise opinion sur cette pratique que d’une crainte des complications chez leurs patients psoriasiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Tattoos are an increasingly common phenomenon, with a prevalence of around 10–30 % of the population in Western countries. The “Tatou” project assessed the risks of tattooing for patients with psoriasis. The first part revealed strong opposition to tattoos in these patients on the part of dermatologists, despite fewer than a quarter of them having any personal experience of complications. The second part showed a very low rate (6.6 %) of local complications on tattoos in these patients as well as absence of severe complications. These observations led us to assess the reasons for reluctance about tattoos in the 468 dermatologists involved in the first part of the “Tatou” project.

Patients and methods

We conducted a cross-sectional international study in France, Finland and Italy to evaluate the experience and opinions of dermatologists regarding tattoos in psoriasis patients via an anonymous questionnaire. We then examined the stated reasons for opposition to tattoos in order to establish the profiles of “tattoo-sceptical” dermatologists with regard to 4 different situations: active psoriasis, quiescent psoriasis, treatment with topical steroids and biotherapies.

Results

The opinion of dermatologists regarding tattoos was generally unfavourable (3.5±2.8/10), in particular, via multivariate analysis, among older dermatologists (P=0.01), dermatologists in private practice (P=0.04), and non-tattooed dermatologists (P<0.0001). In multivariate analysis, the main parameter affecting the position of practitioner with regard to tattoos was their personal opinion of tattoos (P<0.0001), regardless of disease activity or type of treatment. Italian, Finnish and female dermatologists exhibited greater reluctance but in a less consistent fashion.

Conclusion

This analysis suggests a lack of objectivity among dermatologists opposed to tattoos probably stemming more from a poor opinion of this practice than from any fear of complications in their psoriatic patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tatouage, Dermatologue, Psoriasis

Keywords : Tattoo, Dermatologists, Psoriasis


Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 147 - N° 12

P. 809-817 - décembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Manifestations cutanées des infections à entérovirus : un spectre clinique en évolution
  • C. Lenormand
| Article suivant Article suivant
  • Acide tranexamique oral dans le traitement du lichen pigmentogène
  • L. Zenjari, F.Z. Elfetoiki, F. Hali, H. Skalli, S. Chiheb

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.