Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Irradiation à faible dose des affections non cancéreuses : avons-nous jeté le bébé avec l’eau du bain ? - 13/01/21

Low-dose irradiation of non-malignant diseases: Did we throw the baby out with the bathwater?

Doi : 10.1016/j.canrad.2020.09.002 
J.-M. Cosset a, , E. Deutsch b
a Centre de radiothérapie Charlebourg, groupe Amethyst, 92250 La Garenne-Colombes, France 
b Département d’oncologie radiothérapie, Gustave-Roussy Cancer Campus, INSERM1030 radiothérapie moléculaire et innovations thérapeutiques, Université Paris-Saclay, 94600 Villejuif, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Wednesday 13 January 2021

Résumé

Les irradiations d’affections non cancéreuses, essentiellement à visée anti-inflammatoire, ont été très largement utilisées jusqu’aux années 1970–80. À ce moment, la prise de conscience du risque de cancers radio-induits, surtout chez les enfants et les sujets jeunes, et l’arrivée de nouvelles médications anti-inflammatoires (stéroïdiennes et non stéroïdiennes), ont quasiment fait disparaître ces indications, au moins dans notre pays. À l’inverse, nos collègues oncologues radiothérapeutes allemands continuent à traiter près de 50 000 patients par an pour ce type d’affections (plus ou moins) bénignes. Après un rappel historique, cet article pose la question de savoir si nous sommes allés trop loin dans le rejet de ce type d’irradiation, presque toujours délivrées à faible ou très faibles doses. L’émergence de nouvelles données précliniques, la meilleure compréhension du risque de cancers radio-induits (très faible, voire nul chez les sujets âgés), et l’urgence de certaines situations (comme l’orage de cytokines de la COVID-19), doivent probablement nous pousser à rediscuter ces irradiations à faible, voire très faibles doses (moins de 1Gy), pour certaines indications ciblées chez les personnes âgées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The irradiation of non-malignant diseases, essentially for anti-inflammatory purpose, have been largely proposed and performed worldwide until the 1970–80s. At that time, the better assessment of the radio-induced malignancies, essentially in children and young patients, as well as the efficacy of the new anti-inflammatory drugs (steroids and non-steroids), led to the almost disappearance of those techniques, at least in France. In contrast, our German colleagues are still going on treating about 50,000 patients per year for non-malignant (more or less severe) diseases. After a short historical overview, the present article suggests that we were possibly going too far in the rejection of those low-dose irradiations for benign lesions. The recent emergence of new preclinical data, the better understanding of the risk of radio-induced secondary tumours (almost nil in the elderly), and the severity of some situations, such as the cytokine storm of the COVID-19, should probably lead us to reconsider those low – and sometimes very low (less than 1Gy) – irradiations for well-selected indications in the elderly.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Radiothérapie anti-inflammatoire, Irradiation des affections non cancéreuses, Cancers radio-induits

Keywords : Anti-inflammatory irradiation, Radiotherapy of non malignant diseases, Radio-induced cancers


Plan


© 2020  Société française de radiothérapie oncologique (SFRO). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.