Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Deuil anticipé chez les proches et demande d’aide active à mourir venant d’un membre de la famille - 13/01/21

Early mourning for loved ones, the request for active death assistance from a family member

Doi : 10.1016/j.medpal.2020.09.005 
Aloïse Philippe, Magali Touren-Hamonet
 Unité mobile de soutien et de soins palliatifs, hôpitaux du Bassin-de-Thau, boulevard Camille-Blanc, 34200 Sète, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Wednesday 13 January 2021

Résumé

Nous nous proposons d’étudier la demande d’aide active à mourir venant d’un membre de la famille d’un malade incurable à partir de la question suivante : la demande d’aide active à mourir pour son proche peut-elle témoigner d’une alternative au deuil anticipé? Si l’on considère que le deuil anticipé est un refus de la séparation qui prend la forme d’un éloignement défensif, demander une aide active à mourir pour son proche en fin de vie, c’est à l’inverse poser un acte de séparation symbolique en s’assurant d’être protégé d’un éprouvé hors-sens (trauma), grâce au mouvement d’appel qui s’adresse à l’autre dans la demande. Nous abordons les rapports entre amour et haine, dans cette demande de faire disparaître l’autre dans le reflet duquel le moi reste fasciné. A travers la demande de s’en séparer, peut exister la tentative de redonner à son proche une consistance symbolique car lorsque chutent les points de repère symboliques peut surgir le hors-sens, à savoir le traumatisme psychique. Nous proposons par la suite dans une approche comparée de la clinique du traumatisme DSM 5 à la psychanalyse avec cette question : un état traumatique pourrait-il faire le lit du deuil anticipé et de la demande de mort pour son proche ? Nous formulons l’hypothèse que la demande de mort pour son proche est un contournement du traumatisme à l’origine du recours au processus de deuil anticipé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

We propose to study the request for the active assistance in dying coming from a family member of an incurable patient on the basis of the following question: can the request for a loved one concerning the active assistance in dying testify for an alternative to early mourning? While considering that an early mourning is a refusal of separation, taking the form of an effective defensive distance, asking for the active help for a loved one to die at the end of his life is, conversely, an act of symbolic separation. This separation would ensure the protection from a proven out-of-meaning (trauma) thanks to the movement of call addressed to the other in the request. We approach the relations between love and hate in this request to make disappear the other in the reflection to which the ego remains fascinated. There may exist, through the request to separate from it, an attempt to restore a symbolic consistency to the loved one since where there is no symbolic arises out-of-meaning, namely psychic trauma. To that extent, we suggest dealing with the following question through a comparative analysis of the trauma clinic based on the approaches of DSM 5 and the psychoanalytical field: Could a traumatic state pave the way for an anticipated mourning and a request to die for a loved one ? We thus hypothesize that the request for death for a loved one is a circumvention of the trauma that led to the process of an early bereavement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Deuil anticipé, Demande de mort, Traumatisme, Famille

Keywords : Anticipated bereavement, Request for death, Trauma, Family


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.