Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le refus de contact d’un enfant avec un parent dans un contexte de divorce conflictuel – Partie I. Recension des recherches cliniques et judiciaires - 21/01/21

Contact refusal with a parent by children in high conflict divorce situations – Part I. A review of clinical and judicial research

Doi : 10.1016/j.neurenf.2020.10.010 
M. Berger
 45, rue Francisque-Voytier, 42100 Saint-Étienne, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

But

Cet article présente une revue de la littérature concernant les situations où un enfant ou un adolescent refuse tout contact avec un parent dans le cadre d’un divorce ou d’une séparation parentale conflictuelle. Ces situations, fréquentes en pratique pédopsychiatrique, font l’objet de nombreux litiges judiciaires concernant le droit de visite et d’hébergement.

Méthode

Les 16 études recensées sont celles qui ont été réalisées conjointement par des cliniciens et des tribunaux depuis 1987, certaines à la demande des ministères de la justice américains, canadiens, français.

Résultats

Ces études montrent pourquoi le concept de « syndrome d’aliénation parentale » ne doit pas être utilisé, car il aboutit à d’importantes erreurs d’évaluation qui mettent des enfants en danger affectif et physique. L’inscription de ce terme a été refusée dans le DSM 5 et la CIM 11, étant donné son absence de fondement scientifique. Les fausses allégations d’abus sexuel sont très rares, entre 0,8 et 6 % des allégations dans les études portant sur de grandes séries. Plusieurs recherches soulignent l’existence d’un lien statistique entre des violences conjugales antérieures au divorce et des maltraitances exercées sur l’enfant, par le père, dans le cadre du droit de visite et d’hébergement. Deux études longitudinales montrent que 81 % des mineurs reprennent contact spontanément avec le parent « refusé ». Dans les 19 % restant, la plupart des enfants ont des raisons valables de ne pas vouloir rencontrer ce parent. Les situations d’emprise avec lavage de cerveau exercées par des mères ou des pères existent, mais ne représentent qu’une minorité des situations de refus.

Conclusion

Il apparaît nécessaire de définir la méthodologie clinique permettant d’évaluer les processus en jeu lorsqu’un enfant refuse le contact avec un parent et de déterminer si la cause en est l’emprise pathologique de la part de l’autre parent sur l’enfant ou d’autres motifs. Ceci fait l’objet d’un autre article.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Background

This article presents a review of literature concerning situations where a child or an adolescent refuses all contact with a parent in the course of a high conflict separation or divorce. Such situations, which happen frequently in child psychiatry, are the cause of numerous judicial litigations.

Method

The sixteen studies reviewed are those which have been conducted jointly by clinicians and courts since 1987, some of them initiated by the American, Canadian or French departments of Justice.

Results

These studies show why the concept of “parental alienation syndrome” cannot be used since it results in important errors of assessment which put the children in danger both emotionally and physically. Considering its lack of scientific foundation, the inscription of the term has been denied both in DSM5 and ICD 11. False allegations of sexual abuse are very rare (between 0.8 and 6% of allegations in studies dealing with large series). Several research studies underline the existence of a statistical link between domestic violence prior to divorce and ill-treatments against children committed by the fathers in the exercise of their visiting and accommodation rights. Two longitudinal studies show that 81% of minors spontaneously reconnect with the “refused” parent. In the remaining 19%, most children have relevant reasons for not wanting to meet this parent. There can be situations of control including brainwashing from either mothers or fathers, but they only represent a minor part of the refusal situations.

Conclusion

It is deemed necessary to define the clinical methodology allowing to assess the processes at work when a child refuses contact with a parent and to determine if the cause is a pathological control from the other parent on the child or any other reason. This is the subject of another article.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Agression sexuelle, Aliénation parentale, Divorce, Droit de visite et d’hébergement, Emprise, Fausses allégations, Refus de contact parent-enfant, Séparation, Tribunal aux affaires familiales

Keywords : Control, Divorce, False allegations, Family court, Parental alienation, Parent-child contact refusal, Separation, Sexual abuse, Visiting and accommodation rights


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 69 - N° 1

P. 32-39 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation clinique des pratiques intégratives dans les troubles du spectre autistique (EPIGRAM) : méthodologie, population à l’inclusion et satisfaction des familles à 12 mois
  • N. Garret-Gloanec, M. Péré, M. Squillante, F. Roos-Weil, L. Ferrand, A.-S. Pernel, G. Apter
| Article suivant Article suivant
  • Le refus de contact d’un enfant avec un parent dans un contexte de divorce conflictuel – Partie II. Évaluation clinique à partir de l’analyse de 60 situations
  • M. Berger, E. Izard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.