Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Violences verbales, physiques et sexuelles faites aux femmes : étude en consultation de gynécologie en milieu hospitalier, dans des cabinets de médecine générale et en milieu carcéral dans la région des Hauts-de-France - 04/02/21

Verbal, physical and sexual violence against women: Study in gynecology consultation in hospitals, general practices and prisons in the Hauts-de-France region

Doi : 10.1016/j.sexol.2021.01.001 
A. Argentel , C. Martin, G. Robin, S. Catteau-Jonard
 CHU de Lille, université de Lille, 59000 Lille, France 

Auteur correspondant. Gynécologie médicale, hôpital Jeanne de Flandre, avenue Eugène-Avinée, 59000 Lille, France.Gynécologie médicale, hôpital Jeanne de Flandreavenue Eugène-AvinéeLille59000France
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Thursday 04 February 2021

Résumé

La violence à l’encontre des femmes est un problème de santé majeur. Elle est représentée par des violences verbales, physiques et sexuelles dont font partie les violences conjugales. Les femmes victimes de violences ont rarement recours à une consultation médicale ou psychologique et dans peu de cas elles entreprennent des démarches sociales ou judiciaires. Or, les violences faites aux femmes engendrent de nombreuses répercussions à court et à long terme. L’objectif principal de l’étude est d’évaluer les effectifs et taux des violences faites aux femmes ainsi que faire leur descriptif. Les objectifs secondaires de cette étude sont d’évaluer les caractéristiques des femmes victimes de violences physiques et sexuelles ainsi que leurs répercussions. Nous avons mené une étude épidémiologique, transversale, descriptive, multicentrique pendant huit mois du 01 avril 2018 au 30 novembre 2018 avec distribution d’un questionnaire anonyme et standardisé. Au total, 251 questionnaires ont été recueillis, 59 en milieu pénitentiaire, 86 en cabinets de médecine générale et 106 dans les services de consultation gynécologique. Nous avons retrouvé 73,7 % de violences verbales, 40,8 % de violences physiques et 23,9 % de violences sexuelles. Dans le cadre des violences physiques et sexuelles, nous retrouvons une aggravation de la consommation de toxiques ainsi que plus de dépression. Les violences sexuelles sont à l’origine d’une moindre estime de son corps avec apparition de dyspareunies. Notre étude montre que les violences faites aux femmes font partie intégrante de notre société et qu’elles sont malheureusement peu exprimées par les femmes avec des conséquences sur la santé. Un dépistage systématique des violences est nécessaire afin de réduire leurs répercussions. Une étude relative à la qualité de la prise en charge des femmes victimes pourrait être utile. Celle-ci aurait pour but d’évaluer l’impact des campagnes de dépistage ainsi que les programmes de prise en charge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Violence against women, which includes verbal, physical, and sexual violence by intimate partners or others, is a major health problem. Women who are victims of violence do not often seek out medical or psychological consultations and only in a few cases do they initiate social or legal procedures, although it produces many short- and long-term repercussions. The principal objective of this study is to assess the number and rate of violence against women and to describe its various forms. The secondary objectives are to assess the characteristics of women victims of physical and sexual violence and their repercussions. We distributed a standardized anonymous question to conduct a multicenter epidemiologic, cross-sectional, and descriptive study in 2018, during an eight-month period from April through November. Overall, 251 questionnaires were collected, 59 in prisons, 86 in general practices, and 106 in gynecological clinics. Among these respondents, 73.7% reported verbal violence, 40.8% physical violence, and 23.9% sexual violence. The women experiencing physical and sexual violence consumed psychoactive substances more often and reported more frequent depression. Sexual violence is a cause of reduced body esteem and of dyspareunia. Our study shows that violence against women is an integral part of our society, that women unfortunately report it rarely, and that both the violence and the silence about it have health consequences. Systematic screening inquiring about violence is necessary to reduce its consequences. A study of the quality of care these women receive could be useful. It should aim to assess the impact of screening campaigns and of management programs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Violences faites aux femmes, Violences physiques, Violences sexuelles, Milieu carcéral, Conséquences, Dépistage

Keywords : Violence against women, Physical violence, Sexual violence, Prison, Screening


Plan


© 2021  Sexologies. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.