Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intérêt en EHPAD du robot émotionnel Pepper dans les troubles neurocomportementaux de la maladie d’Alzheimer - 05/02/21

The interest of the emotional robot Pepper in neurobehavioral disorders in Alzheimer's disease

Doi : 10.1016/j.npg.2020.09.005 
I. Npochinto Moumeni a, , F. Mourey b
a Laboratoire analyse et restauration du mouvement, service de rééducation neurolocomotrice et ostéoarticulaires, hôpitaux universitaires Henri-Mondor EA 7377 BIOTN, université Paris-Est Créteil, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil cedex, France 
b Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La gérontechnologie serait-elle réellement capable d’agir de manière efficace chez des personnes âgées institutionnalisées avec démence d’Alzheimer ? C’est à cette question que notre étude (contrôlée, randomisée en simple aveugle et comparative) a tenté de répondre. L’étude a été menée dans deux EHPAD sur 31 résidents dont la moyenne d’âge était de 79,4±6,9 ans, présentant un score MMSE moyen de 12,2±3,6. Les résultats montrent que le robot Pepper, comparé à une peluche, est capable non seulement de divertir, mais surtout d’induire des effets cliniques qualitatifs et quantitatifs. Lors des séances de 20 minutes, il a été constaté une baisse de l’apathie avec Pepper (6,7±6,5mn vs 18,4±3,8mn, p<0,001), une diminution de la déambulation (4,5±4,2mn vs 18,2±4, mn, p<0,001), une baisse du temps de colère et d’agressivité (3,7±2,86mn vs 16,22±4,8mn, p=0,001) et une plus grande interactivité (10,02±0,40mn vs 4,4±0,42mn, p<0,001). Lorsqu’on proposait aux résidents de choisir, ils préféraient Pepper (65 %) à la peluche (35 %, p=0,03). De plus, nous avons observé parallèlement un impact sur la charge de travail subjective des soignants : 48 % du personnel (vs 38 %) reconnaît que la présence de Pepper soulage leur travail pendant les crises. Pour la peluche, la proportion de soignants satisfaits n’était que de 14 % (p=0,017).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Can geriatric technologies really be effective among elderly people with Alzheimer's dementia and living in institutions? Our controlled, randomized, single-blind, comparative study attempted to answer this question. The study was conducted in two nursing homes among 31 subjects with an average age of 79.4±6.9, and an average MMSE score of 12.2±3.6. The results show that the Pepper robot, compared to a soft toy, is capable not only of entertaining, but above all of inducing qualitative and quantitative clinical effects. During the 20-minute sessions, a decrease in apathy was observed with Pepper (6.7±6.5min vs. 18.4±3.8min, P<0.001), a decrease in ambulation (4.5±4.2min vs. 18.2±4min, P<0.001), a decrease in the duration of anger and aggression (3.7±2.86min vs. 16.22±4.8min, P=0.001) and greater interactivity (10.02±0.40min vs. 4.4±0.42min, P<0.001). When residents were asked to choose, they preferred Pepper (65 %) over the soft toy (35 %, P=0.03). Alongside, we observed an impact on the subjective workload of caregivers: 48 % of the staff (vs. 38 %) considered that the presence of Pepper facilitated their task in situations of crisis. For the soft toy, the proportion of satisfied caregivers was only 14 % (P=0.017).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maladie d’Alzheimer, Gérontechnologie, Robot émotionnel, Institutionnalisation, Troubles psychocomportementaux

Keywords : Alzheimer's disease, Geriatric technologies, Emotional robot, Institution, Psycho-behavioural disorders


Plan


© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 21 - N° 121

P. 11-18 - février 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation du chariot Snoezelen chez des patients déments sévères hospitalisés en SSR et en SLD
  • A. Allemang-Trivalle, K. Belfihadj, A. Walus, G. Bruniaux, N. Manguin, C. Villenfin, C. Cutman, E. Moulin, V. Mazeirac, C. Cedat, M.-N. Hardy, C. Trivalle
| Article suivant Article suivant
  • La présence simulée comme outil de gestion des troubles du comportement pour les résidents atteints de démence en institution : recommandations
  • A. Muller, P. Missotten, S. Adam

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.