Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Considérations épidémiologiques sur l’incongruence de genre chez les adultes, les adolescents et les enfants et les questions de santé mentale : une revue de la littérature - 06/03/21

Epidemiologic considerations on gender incongruence in adults, adolescents and children and mental health issues: A review of the literature

Doi : 10.1016/j.sexol.2020.12.002 
M. Di Grazia a, , F. Sammartano b , C. Taverna c , A. Knowles d , C. Trombetta e , F. Barbone f
a University of Padua, Department of General Psychology (DPG), in Human Sexuality, Fondazione IRCCS Ca’ Granda Ospedale Maggiore Policlinico, Department of Pediatric Urology, Milano, Italy, Via della Commenda, 20122, Milano, Italie 
b Department of Prevention, Unit of Hygiene and Public Health, AULSS 7, Pedemontana Thiene, Vicenza, Italy, Via Boldrini n. 1 36016, Italie 
c Clinical-Dynamic Psychology at University of Padua, Department of Philosophy, Sociology, Pedagogy and Applied Psychology, Italie 
d Institute for Maternal and Child Health - IRCCS “Burlo Garofolo”, Via dell’Istria, 65/1, 34137 Trieste, Italie 
e Department of Medical Sciences, SOC Urology, University Hospital Trieste, Strada di Fiume 447, 34149 Trieste, Italie 
f Medical department (DAME), University of Udine, via Colugna 50, 33100 Udine, Italie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 10
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La recherche épidémiologique peut fournir une clef d’interprétation de l’incongruence de genre (IG) (Gender Incongruence [GI]) et d’identification des besoins médicaux des sujets avec une incongruence de genre. L’IG faisant l’objet de différentes définitions, il est difficile d’estimer sa véritable prévalence. Les données sur la prévalence de l’IG sont influencées par la définition nosographique et par les différentes méthodologies mises en œuvre par les chercheurs pour évaluer les nombres de cas. Selon les estimations existantes, la prévalence, qui présente de larges variations, se situe entre 0,1 % et 1,1 % chez les adultes, avec un ratio homme vers femme (ratio male-to-female [MtF]), femme vers homme (female-to-male [FtM]) de 1-6. Chez les enfants, la littérature rapporte une prévalence entre 1 % et 4,7 %, avec une prédominance du ratio MtF chez les enfants, et de 1,2 % à 16,1 % chez les adolescents pour lesquels le ratio FtM semble prédominant. Les études basées sur l’accès aux cliniques transgenres sont susceptibles de sous-estimer la prévalence de l’IG alors que les études qui mettent l’accent sur les données auto-déclarées ou déclarées par les parents pourraient surestimer le phénomène. La littérature décrit des taux élevés de troubles affectifs et d’anxiété (18–80 %), de fréquents troubles de la personnalité (20–70 %), des tentatives de suicide et des blessures auto-infligées chez les personnes vivant avec une incongruence de genre. Ces problèmes semblent s’améliorer après un traitement d’affirmation de genre. Certains auteurs font état d’une forte prévalence de troubles du spectre autistique (TSA) (Autistic Spectrum Disorders [ASD]) (6–14 %) chez les jeunes avec une incongruence de genre. Les taux de mortalité, les infections VIH et les maladies sexuellement transmissibles sont élevés chez les transgenres, probablement en raison d’un manque de prévention. Il est essentiel de déterminer la véritable prévalence de l’IG afin d’assurer un soutien médical adéquat. Les futures études devraient être basées soit sur de grandes cohortes multicentriques soit sur la population générale, faisant appel à des échantillonnages fondés sur les répondants et comprenant également des sujets qui n’ont pas recours aux services proposés par les cliniques transgenres, afin de minimiser les biais de sélection.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Epidemiological research may offer a key to interpreting gender incongruence (GI) and identifying the medical needs of people with GI. Currently, it is difficult to estimate the real prevalence of GI due to the use of different definitions. The data on GI prevalence are influenced by case definition and by the different methodologies applied by researchers to assess cases. Estimations of prevalence therefore vary widely and are estimated between 0.1% and 1.1% among adults, with a male-to-female (MtF) – female-to-male (FtM) sex ratio of 1–6. For children, the literature reports a prevalence ranging from 1% to 4.7%, with a predominance of MtF for children and from 1.2% to 16.1% in adolescents, among whom FtM appears to be predominant. Studies based on access to gender clinics may underestimate GI prevalence while studies focused on self- or parent-reported data may overestimate the phenomenon. The literature describes high rates of affective and anxiety disorders (18–80%) and frequent personality disorders (20–70%), suicide attempts, suicide and self-harm among people with GI. These problems seem to improve after gender affirmation treatment. Some authors report a high prevalence of Autistic Spectrum Disorders (ASD) (6–14%) among youth with GI. Mortality rates, HIV infection and sexually transmitted diseases are high among the transgender population, probably related to lack of prevention. It is crucial to determine the true prevalence of GI in order to deliver adequate medical support. Future studies should be based on large multicenter cohorts or population-based surveys, and should adopt respondent-driven sampling while including individuals who do not seek services offered at gender clinics, to limit the selection bias.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Incongruence de genre, Prévalence, Épidémiologie, Adultes, Adolescents, Enfants, Troubles de santé mentales, Autisme, Mortalité

Keywords : Gender incongruence, Prevalence, Epidemiology, Adults, Adolescents, Children, Health, Mental disorders, Autism, Mortality


Plan


 An English version of this article is available on line, at: https://doi.org/10.1016/j.sexol.2020.12.003.


© 2020  Sexologies. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 1

P. 49-58 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Sexuality during the COVID-19 pandemic: The importance of Internet
  • S. Eleuteri, G. Terzitta
| Article suivant Article suivant
  • Epidemiologic considerations on gender incongruence in adults, adolescents and children and mental health issues: A review of the literature
  • M. Di Grazia, F. Sammartano, C. Taverna, A. Knowles, C. Trombetta, F. Barbone

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.