Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Effects of COVID-19 pandemic and lockdown on lifestyle and mental health of students: A retrospective study from Karachi, Pakistan - 18/03/21

Effets de la pandémie de COVID-19 et du verrouillage sur le mode de vie et la santé mentale des étudiants : une étude rétrospective à Karachi, Pakistan

Doi : 10.1016/j.amp.2021.02.004 
Abraish Ali , Asad Ali Siddiqui, Muhammad Sameer Arshad, Fizza Iqbal, Taha Bin Arif
 MBBS, Department of medicine, Dow university of health sciences, Karachi, Pakistan 

Corresponding author at: Dow medical college, Dow university of health sciences, Baba-e-Urdu road, Saddar, Karachi, Pakistan.Dow medical college, Dow university of health sciencesBaba-e-Urdu road, SaddarKarachiPakistan

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Thursday 18 March 2021

Abstract

Introduction

Due to the COVID-19 pandemic, many countries imposed lockdowns on their citizens in an attempt to contain the disease. Pakistan is one of these countries. A government mandated lockdown can have mitigating psychological effects on young adults, out of which a large fraction is made up of students. This study aims to investigate the correlations between changes in sleep pattern, perception of time, and digital media usage. Furthermore, it explores the impact of these changes on the mental health of students of different educational levels.

Methods

This cross-sectional study was conducted via a web-based questionnaire, from March 24 to April 26, 2020. The survey was targeted at students and 251 responses were obtained. It was a 5-section long questionnaire. The first section inquired about demographics of participants. Each of the other 4 sections was devoted to changes in sleep pattern, perception of time flow, digital media usage and mental health status of students. Close-ended questions with multiple choice responses, dichotomous, interval and 4-point Likert scales were used in the construction of the survey questionnaire. Chi2 T-tests multinomial and binary logistic regression were used as primary statistical tests. All data were analysed using Statistical Package for Social Science (SPSS) version 23.0 (IBM Corp., Armonk, NY).

Results

Out of 251 adolescents that participated in our study, the majority (70.2%) were females. The mean age of the participants was 19.40±1.62 years. Two-thirds of the respondents did not have much trouble falling asleep (66.5%). The analysis found no significant association between longer sleep periods and procrastination level (P=0.054). Nearly three-fourths (72.9%) of our participants felt that getting through quarantine would have been more difficult if they did not have any electronic gadgets. Of these, a majority (85.8%) had a general feeling of tiredness and lacked motivation (P=0.023). Additionally, a large number of students (69.7%) had reported that time is seemingly moving faster. A significant relationship between increased usage of electronic items and longer sleep periods was also noted (P=0.005). With respect to the level of education, statistically significant values were noted for alarm use both before and after quarantine began (P=0.021 and P=0.004, respectively). Further analysis showed that there was a significant difference in the median difference of time spent on social media before the outbreak (3.0±32.46) and time spent on social media after the outbreak (6.0±3.52) in a single day (P=0.000).

Conclusions

Our research has revealed that due to the lockdown imposed by the government in response to COVID-19, the sleeping patterns of the students was affected the most. Our findings show that the increase in use of social media applications led to a widespread increase in the length of sleep, worsening of sleep habits (people sleeping at much later hours than usual), and a general feeling of tiredness. A general lack of recollection regarding what day of the week it was, as well as a change in the perceived flow of time were also notable. All these findings indicate the decline in mental health of students due to the lockdown. Promoting better sleep routines, minimising the use of digital media, and encouragement of students to take up more hobbies could collectively improve the health and mood of students in self-quarantine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

En raison de la pandémie de COVID-19, de nombreux pays ont imposé des verrouillages à leurs citoyens pour tenter de contenir la maladie. Le Pakistan est l’un de ces pays. Un verrouillage mandaté par le gouvernement peut avoir des effets psychologiques atténuants sur les jeunes adultes, dont une grande partie est composée d’étudiants. Cette étude vise à étudier les corrélations entre les changements dans les habitudes de sommeil, la perception du temps et l’utilisation des médias numériques. De plus, il explore l’impact de ces changements sur la santé mentale des élèves de différents niveaux d’éducation.

Méthodes

Cette étude transversale a été menée via un questionnaire en ligne, du 24 mars au 26 avril 2020. L’enquête visait les étudiants et 251 réponses ont été obtenues. C’était un questionnaire de 5 sections. La première section a posé des questions sur la démographie des participants. Chacune des 4 autres sections était consacrée aux changements dans les habitudes de sommeil, à la perception de l’écoulement du temps, à l’utilisation des médias numériques et à l’état de santé mentale des élèves. Des questions fermées avec des réponses à choix multiples, des échelles dichotomiques, d’intervalle et de Likert à 4 points ont été utilisées dans la construction du questionnaire d’enquête. Le chi carré, les tests T multinomiaux et la régression logistique binaire ont été utilisés comme tests statistiques primaires. Toutes les données ont été analysées en utilisant Statistical Package for Social Science (SPSS) version 23.0 (IBM Corp., Armonk, NY).

Résultats

Sur 251 adolescents qui ont participé à notre étude, la majorité (70,2 %) étaient des femmes. L’âge moyen des participants était de 19,40±1,62 ans. Les deux tiers des répondants n’avaient pas beaucoup de mal à s’endormir (66,5 %). L’analyse n’a trouvé aucune association significative entre des périodes de sommeil plus longues et le niveau de procrastination (p=0,054). Près des trois quarts (72,9 %) de nos participants ont estimé que passer la quarantaine aurait été plus difficile s’ils n’avaient pas de gadgets électroniques. Parmi ceux-ci, une majorité (85,8 %) avait une sensation générale de fatigue et manquait de motivation (p=0,023). De plus, un grand nombre d’étudiants (69,7 %) ont déclaré que le temps passe apparemment plus vite. Une relation significative entre une utilisation accrue des articles électroniques et des périodes de sommeil plus longues a également été notée (p=0,005). En ce qui concerne le niveau d’éducation, des valeurs statistiquement significatives ont été notées pour l’utilisation des alarmes avant et après le début de la quarantaine (p=0,021 et p=0,004, respectivement). Une analyse plus approfondie a montré qu’il y avait une différence significative dans la différence médiane entre le temps passé sur les réseaux sociaux avant l’épidémie (3,0±32,46) et le temps passé sur les réseaux sociaux après l’épidémie (6,0±3,52) en une seule journée (p=0,000).

Conclusions

Notre recherche a révélé qu’en raison du verrouillage imposé par le gouvernement en réponse au COVID-19, les habitudes de sommeil des étudiants étaient les plus affectées. Nos résultats montrent que l’augmentation de l’utilisation des applications de médias sociaux a conduit à une augmentation généralisée de la durée du sommeil, à une aggravation des habitudes de sommeil (personnes qui dorment beaucoup plus tard que d’habitude) et à une sensation générale de fatigue. Un manque général de souvenir du jour de la semaine, ainsi qu’un changement dans l’écoulement perçu du temps, étaient également notables. Tous ces résultats indiquent le déclin de la santé mentale des étudiants en raison du verrouillage. La promotion de meilleures habitudes de sommeil, la minimisation de l’utilisation des médias numériques et l’encouragement des étudiants à adopter plus de passe-temps pourraient collectivement améliorer la santé et l’humeur des étudiants en quarantaine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : COVID-19, Digital media, Mental health, Perceived time flow, Sleep pattern

Mots clés : COVID-19, Rythme de sommeil, Flux temporel perçu, Médias numériques, Santé mentale


Plan


© 2021  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.