S'abonner

Lymphocytes T-CD8 et immunothérapie anti-tumorale : rôle et Ciblage thérapeutique - 31/03/21

CD8+T cell in cancer immunotherapy: Role and value of its therapeutic targeting

Doi : 10.1016/j.banm.2021.01.018 
Léa Paolini a, c, Antonin Saldmann a, b, c, Eric Tartour a, b, c,
a Université de Paris, PARCC, Inserm U970, 75006 Paris, France 
b Service d’immunologie biologique, APHP, Hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP), 75015 Paris, France 
c Équipe Labellisée Ligue contre le Cancer 

Auteur correspondant. Hôpital Européen George-Pompidou. Service d’immunologie biologique, 20, rue Leblanc, 75015 Paris.Hôpital Européen Georges Pompidou. Service d’Immunologie biologique20, rue LeblancParis75015

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Bien que de nombreuses cellules immunes jouent un rôle dans les mécanismes d’action de l’immunothérapie anti-tumorale, les LT-CD8 sont le plus souvent considérés comme les effecteurs majeurs. Au cours de ces dernières années de nouvelles technologies (analyse en cellules uniques, cytométrie multidimensionnelle, analyse multiplexe in situ, etc.) ont permis de définir de nouvelles sous populations de LT-CD8 et de mieux comprendre les cellules ciblées par les traitements d’immunothérapie par anti-PD-1 ou anti-CTL14 ou dans le cadre de vaccination anti-tumorale. Suite à de nombreux travaux, deux principales populations ont émergé, les LT-CD8 résidents mémoires (TRM)(CD103, CD49a, CD69) et les LT-CD8 épuisés progéniteurs (TCF1) comme jouant un rôle prédominant dans le mécanisme d’action des anti-PD-1. Ces 2 types cellulaires peuvent s’expandre après traitement par anti-PD-1 et des études convergent pour leur conférer un rôle de biomarqueur prédictif de réponse à l’immunothérapie. Les LT-CD8 résidents mémoires sont nécessaire pour l’efficacité thérapeutique de vaccins anti-tumoraux. L’induction de ces TRM nécessite une voie mucosale d’immunisation et l’identification des cellules dendritiques (CD103, Clec9a, CD1c, CD63) à l’origine de leur activation stimule différentes approches thérapeutiques ciblant ces cellules présentatrices d’antigènes. Des progrès récents dans l’analyse du rôle du ganglion dans l’efficacité des traitements par anti-PD1/PD-L1 via l’activation d’une population de LT-CD8 épuisée progénitrice pourraient aussi déboucher sur le développement de traitements néoadjuvants pour optimiser l’efficacité de l’immunothérapie avant l’exérèse chirurgicale des ganglions associés à la tumeur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Although many immune cells play a role in the mechanisms of action of cancer immunotherapy, CD8+T cells are most often considered to be the major effectors. In recent years, new technologies (single cell analysis, multidimensional cytometry, in situ multiplex analysis, etc.) have made it possible to define new CD8+T cell sub-populations and to better understand the cells targeted by anti-PD-1 or anti-CTL14 during immunotherapy or in the context of therapeutic cancer vaccine. Following numerous studies, two main populations have emerged, resident memory CD8+T cells(TRM) (CD103, CD49a, CD69) and exhausted progenitor CD8+T cells (Tpex) expressing the TCF1 transcription factor as playing a predominant role in the mechanism of action of anti-PD-1. These 2 cell types can expand after anti-PD-1 treatment and studies are converging to confer on them a role as a predictive biomarker of response to immunotherapy. TRM are required for the therapeutic efficacy of anti-tumour vaccines. The induction of these TRM is improved when a mucosal route of immunization is selected. The identification of the dendritic cells (CD103, Clec9a, CD1c, CD63) responsible of their activation stimulates different therapeutic approaches targeting these antigen presenting cells. Recent progress in the analysis of the role of the lymph node in the efficacy of anti-PD1/PD-L1 treatments via the activation of an exhausted progenitor CD8+T cells could also lead to the development of immunotherapy in the adjuvant setting to optimize its efficacy prior to surgical removal of the lymph nodes associated with the tumor.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Lymphocytes T CD8+, Microenvironnement tumoral, Biomarqueurs environnementaux

Keywords : CD8-Positive T-Lymphocytes, Tumor Microenvironment, Environmental Biomarkers


Plan


 Séance du 12 janvier 2021.


© 2021  l'Académie nationale de médecine. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 205 - N° 4

P. 354-363 - avril 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Manipulation des cellules Natural Killer en immunothérapie des cancers
  • E. Vivier
| Article suivant Article suivant
  • Contourner la résistance à l’immunothérapie des cancers : interventions centrées sur le microbiome intestinal
  • M. Fidelle, L. Derosa, B. Routy, L. Zitvogel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.