Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Revues prédatrices : une vraie menace pour la recherche médicale. 2 Evaluer leurs conséquences et engager une riposte - 07/04/21

Predatory journals: A real threat for medical research. 2 Assess their consequences and initiate a response

Doi : 10.1016/j.revmed.2021.03.327 
A. de La Blanchardière a, , F. Barde b, N. Peiffer-Smadja c, d, e, H. Maisonneuve f, g
a Université de Normandie, UNICAEN, CHU de Caen Normandie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, 14000 Caen, France 
b Service de Médecine interne, Hôpital Saint-Antoine, Assistance-Publique Hôpitaux de Paris, 75012 Paris, France 
c National Institute for Health Research Health Protection Research Unit in Healthcare Associated Infections and Antimicrobial Resistance, Imperial College London, London, UK 
d Université de Paris, IAME, Inserm, 75018 Paris, France 
e Service de Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat–Claude Bernard, Assistance Publique Hôpitaux de Paris, 75018 Paris, France 
f Comité scientifique, IRAFPA (Institute of Research and Action on Fraud and Plagiarism in Academia), Genève, Suisse 
g Rédacteur scientifique, H2MW, 30, rue Faidherbe, 75011 Paris, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Wednesday 07 April 2021

Résumé

Les conséquences délétères des revues « prédatrices » sont nombreuses, que le chercheur leur ait soumis son travail naïvement ou en connaissance de cause : travaux peu/pas lus par la communauté internationale en l’absence d’indexation et disparition de toute trace numérique en l’absence d’archivage. La réputation des chercheurs mais aussi des universités et des organismes de recherche, comme le crédit de la science auprès des citoyens, peuvent être durablement dégradés. Ces revues, en libre accès sur le modèle auteur-payeur, représentent autant de ressources indisponibles pour les revues légitimes. Une mobilisation conjointe de tous les acteurs concernés est nécessaire : chercheurs, universités et facultés de médecine, sections du conseil national des universités, éditeurs de revues légitimes, organismes de recherche, sociétés savantes, comités d’éthiques, financeurs, médias et décideurs politiques. Publier dans une revue prédatrice est désormais une méconduite scientifique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The deleterious consequences of “predatory” journals are numerous, whether the researcher submitted his work to them naively or knowingly: work little or not read by the international community in the absence of indexing and disappearance of any digital trace in the absence of archiving. The reputation of researchers but also of universities and research organizations and the credit of science for citizens can be sustainably damaged. These open access journals, with the author who pays as model, represent as many resources unavailable for legitimate journals. A joint mobilization of all the actors involved is necessary: researchers, universities and faculties of medicine, sections of the national university council, publishers of legitimate journals, research organizations, learned societies, ethics committees, funders, media and political decision-makers. Publishing in a predatory journal is now a scientific misconduct.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Revues prédatrices, Ethique de la publication, Publication en libre accès, Spam académique

Keywords : Predatory journals, Publication ethics, Open access publication, Academic spam email


Plan


© 2021  Société Nationale Française de Médecine Interne (SNFMI). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.