Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les pharmaciens dans le repérage du mésusage en opioïdes prescrits via le questionnaire POMI : étude dans une région du sud de la France - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.005 
Camille Philip 1, Sophie Roy 1, Céline Eiden 1, Maja Jurtela 2, François Georgin 3, Agnès Müller 3, Marie-Christine Picot 2, Hélène Donnadieu-Rigole 4, Hélène Peyriere 1,
1 Centre d’Évaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance, CHU Montpellier, 191, avenue du Doyen-Gaston-Giraud, 34295 Montpellier cedex 5, France 
2 Département de l’Information médicale, CHU Montpellier, Montpelllier, France 
3 Département de Physiologie, UFR Pharmacie, Université de Montpellier, Montpellier, France 
4 Département d’Addictologie, CHU Montpellier, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les pharmaciens d’officine, de par leur proximité, sont à même d’identifier et de prévenir le risque de mésusage d’opioïdes prescrits, en augmentation depuis ces dernières années [1]. Le but de cette étude était d’évaluer le risque de mésusage des opioïdes prescrits chez les patients ambulatoires souffrant de douleur chronique non cancéreuse (DCNC), vus dans les pharmacies d’officine.

Méthode

Un questionnaire (comprenant le POMI [prescription opioid misuse index]) [2] a été proposé aux patients se présentant avec une prescription d’opioïdes en avril 2019, dans les 86 pharmacies de la région Occitanie-Est accueillant des étudiants en pharmacie. Ces derniers étaient en charge de la présentation des questionnaires. Les patients éligibles étaient des adultes atteints de DCNC ayant accepté de participer.

Résultats

Un total de 414 patients (62,4 % de femmes, âge moyen 58±16,00 ans) ont été inclus. Les principales douleurs étaient rachidiennes (37,3 %) et ostéoarticulaires (33,1 %). L’échelle visuelle analogique médiane (EVA) était de 7 [IQR25-75 : 5-8]. Les opioïdes prescrits étaient principalement des opioïdes faibles (73,2 %) : paracétamol/tramadol (35 %), paracétamol/codéine (17,4 %), paracétamol/opium (16,8 %). Les opioïdes forts (32,6 %) étaient l’oxycodone (11,95 %), le fentanyl (9 %) et la morphine (9 %). L’équivalent médian de morphine (MME) était de 40mg/jour [IQR25-75 : 20-80]. Le score POMI était supérieur à 2/6 dans 45,4 % et supérieur à 4 dans 16 %. Les principaux items cochés étaient de se sentir bien (40,3 %), prendre l’opioïde plus souvent (39,3 %), prendre plus de médicaments (36,6 %) et devoir renouveler plus tôt les ordonnances (30,8 %). Les patients avec un score POMI>4 étaient plus jeunes (49 ans versus 55,9 ; p<0,01), plus urbains (78,1 % versus 69,2 % ; p=0,03), avaient une EVA plus élevée (7,3 versus 6,2 ; p<0,01), avaient une MME médiane plus élevée (112mg versus 64,9mg ; p<0,01) et avaient consommé des opioïdes forts (45,3 % versus 27,3 % ; p=0,04).

Discussion

Dans cette étude, une proportion élevée de patients (45,4 %) avaient un score POMI compatible avec un usage problématique des opioïdes. Cet outil validé peut être facilement utilisé dans les pharmacies pour repérer ces patients, dispenser des conseils ou orienter les patients vers des médecins ou structures adaptés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 157-158 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Augmentation de l’abus de méthadone chez les mineurs
  • Elisabeth Frauger, Nathalie Fouilhé, Clémence Lacroix, Michel Mallaret, Joelle Micallef, et le Réseau français d’addictovigilance
| Article suivant Article suivant
  • Precurseurs de l’oxybate de sodium (GHB) en France : gammabutyrolactone (GBL) et 1-4 butanediol (1,4-BD)
  • Amélie Daveluy, Claire Monpagens, Anne Batisse, Ghada Miremont-Salamé, et le Réseau des centres d’addictovigilance

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.