Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Complications cliniques liées à l’abus de prégabaline : données du Réseau français d’addictovigilance - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.013 
Marine Tambon 1, Camille Ponté 1, , Joelle Micallef 2, Maryse Lapeyre-Mestre 1

et le Réseau Français d’Addictovigilance

1 Centre d’Evaluation et Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance, Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse, 31000 Toulouse, France 
2 Centre d’Evaluation et Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance PACA-Corse, Hôpital de la Timone, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

D’après les rapports périodiques d’addictovigilance de la prégabaline, son usage problématique s’intensifie en France depuis 2018. Ce travail décrit l’évolution de différents indicateurs d’abus et les complications cliniques liées à l’abus de prégabaline, d’après les données recueillies par le réseau français d’addictovigilance.

Méthodes

À partir des notifications spontanées (NotS) entre 2014-2019, quatre indicateurs d’abus ont été suivis : association avec d’autres substances psychoactives ou recherche d’effets non thérapeutiques, obtention illégale, prise en charge hospitalière et prise en charge en addictologie. Ces données ont été complétées avec celles des outils pharmacoépidémiologiques OPPIDUM (2014-2019) et DRAMES/DTA (2014-2018).

Résultats

Entre 2014 et 2019, on compte 235 NotS relatives à l’abus de prégabaline, dont 75 % en 2018 et 2019. Les sujets sont des hommes à 77 %, jeunes (médiane de 24 ans en 2019). On note une proportion importante de prises en charge hospitalières (41 % des NotS) et une augmentation des usages de prégabaline avec d’autres substances/non thérapeutiques (64 % en 2018 vs 74 % en 2019), de l’obtention illégale (31 % vs 45 %) et des prises en charges en addictologie (9 % vs 22 %). La prégabaline est la seule substance impliquée dans 26 %, à l’origine de troubles de la conscience (n=8), tachycardie (5), agitation/agressivité (4), convulsion chez un sujet non épileptique (1), ralentissement psychomoteur (2) et hypoglycémie (1). Un trouble d’usage de prégabaline est décrit dans 63 cas, dont 1 chez un sujet sans antécédent d’abus. Les données OPPIDUM 2019 montrent un niveau de consommation jamais atteint (×2,6 par rapport à 2018) et pour la première fois, la prégabaline apparait comme premier produit ayant entraîné une dépendance chez 2 sujets. Les données DRAMES/DTA montrent un pic de décès en 2018 avec 1 cas où elle est la seule substance responsable du décès.

Discussion

Les complications cliniques liées à l’abus de prégabaline sont désormais visibles en France sur plusieurs indicateurs sanitaires (prises en charge hospitalières, produit entraînant une dépendance, demande de soins spécialisés, décès). Des cas de dépendance chez des sujets sans antécédent d’abus sont retrouvés dans les outils du réseau (NotS et enquête OPPIDUM) et dans une étude de cohorte via l’Assurance maladie [1], témoignant de l’importance du repérage et suivi chez tous les sujets.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 161-162 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le mésusage de la cigarette électronique : une centaine de jeunes hospitalisés après avoir vapoté dans le nord-est de la France
  • Juliana Tournebize, Valérie Gibaja, Francis Grossenbacher, Yannick Plenier, Yasmine Medhioub, Anne Batisse, Reynald Le Boisselier, Pierre Gillet, Emmanuel Puskarczyk, Jean-Michel Gaulier, Zoubir Djerada
| Article suivant Article suivant
  • Anciens utilisateurs chroniques de dextropropoxyphène : évolution de leurs délivrances d’antalgiques après l’arrêt de sa commercialisation en France
  • Amélie Daveluy, Michael Charles Bryan, Ghada Miremont-Salamé, Régis Lassalle, Clémentine Lacueille, Angela Grelaud, Françoise Haramburu, Maryse Lapeyre-Mestre, Joëlle Micallef, Francesco Salvo

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.