Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le mésusage de la cigarette électronique : une centaine de jeunes hospitalisés après avoir vapoté dans le nord-est de la France - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.012 
Juliana Tournebize 1, , Valérie Gibaja 1, Francis Grossenbacher 2, Yannick Plenier 3, Yasmine Medhioub 3, Anne Batisse 4, Reynald Le Boisselier 5, Pierre Gillet 1, Emmanuel Puskarczyk 6, Jean-Michel Gaulier 7, Zoubir Djerada 8
1 CEIP-Addictovigilance, French Addictovigilance Network (FAN), CHRU de Nancy, 29, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, CO 60034, 54035 Nancy cedex, France 
2 Urgences Réanimation Anesthésie Douleur, CHU de Reims, France 
3 Service Pédiatrie, CHU de Reims, France 
4 CEIP-Addictovigilance, Hôpital Fernand Widal, Paris, France 
5 CEIP-Addictovigilance, CHU de Caen, Caen, France 
6 CAP-Est, CHU Nancy, Nancy, France 
7 Laboratoire de Toxicologie, CHU de Lille, Lille, France 
8 Laboratoire de Pharmacologie et Toxicologie, CHU, Reims, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Au cours du premier semestre 2019, plusieurs signalements, concernant majoritairement des adolescents et des jeunes adultes domiciliés dans la Marne ayant présenté des symptômes après vapotage ont été déclarés au CEIP-A de Nancy. Cette étude visait à étudier ce signal.

Méthode

Deux sources d’information ont été utilisées :

– les notifications spontanées recensées entre le 01/01/2018 et le 22/08/2019 ;

– une étude observationnelle rétrospective menée au CHU de Reims de janvier 2018 à août 2019 (mots-clés : cannabis, CBD, cannabidiol, cigarette électronique).

Résultats

Un total de 101 observations ont été analysées. Un seul profil de consommation : des adolescents et jeunes adultes d’âge moyen de 18±7 ans (valeurs extrêmes : 12 à 56 ans), plutôt de sexe masculin. La majorité des patients (90 %) ont été pris en charge après avoir utilisé une e-cigarette supposée contenir du CBD qui leur avait été offerte gratuitement (60 %), par le biais de dons ou de consommations partagées. Un total de 414 signes cliniques a été identifié après vapotage, en particulier : effets neurologiques et psychiatriques (72 %) mais aussi digestifs (13 %) et cardiovasculaires (10 %). Les prélèvements biologiques de 48 patients ont été analysés : 27 patients ont présenté un dépistage négatif, 12 ont été testés positifs pour le cannabis, 9 pour le paracétamol et 4 pour l’alcool. Un patient a été testé positif pour XRL11 et l’acadésine. Quatre cannabinoïdes synthétiques différents ont été identifiés dans cinq e-liquides : 5F-MDMB-PINACA (n=1), 5F-CUMYL-PINACA (n=1), XLR-11 (n=2), 5F-MDMB-PICA (n=1). Un autre échantillon d’e-liquide contenait du CBD (1 %)+THC.

Conclusion

Cette étude a mis en évidence une flambée d’effets nocifs supposés liés au vapotage dans une région spécifique du nord-est de la France. Cependant, on ne sait toujours pas exactement ce qui causait ces symptômes. En effet, bien que des produits à base de cannabinoïdes aient été identifiés dans les six e-liquides testés, les dépistages toxicologiques restent rares. En raison de ce signal inexpliqué, depuis septembre 2019, une enquête prospective (enquête Vapotox) est en cours dans le Nord-Est de la France, afin d’identifier, avec confirmation du laboratoire, la cause exacte de ce problème de santé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 161 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Protoxyde d’azote : histoire en Hauts-de-France
  • Sylvie Deheul, Anne-Sylvie Caous, Louise Carton, Marylène Guerlais, Abdulhadi Hawach, Johana Béné, Sophie Gauthier, Bérenger Largeau
| Article suivant Article suivant
  • Complications cliniques liées à l’abus de prégabaline : données du Réseau français d’addictovigilance
  • Marine Tambon, Camille Ponté, Joelle Micallef, Maryse Lapeyre-Mestre, et le Réseau Français d’Addictovigilance

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.