Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Trente ans d’abus de néfopam en France - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.021 
Bruno Revol 1, , Jessica Delorme 2, Emilie Jouanjus 3, Michel Spadari 4, Samira Djezzar 5, Marion Lepelley 1, Charles Khouri 1, Nathalie-Fouilhé Sam-Laï 1, Michel Mallaret 1

et le Réseau français des Centres d’addictovigilance

1 CEIP-Addictovigilance, CHU Grenoble Alpes, 38043 Grenoble cedex 9, France 
2 CEIP-Addictovigilance, OFMA, Inserm 1107, CHU Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand cedex 1, France 
3 CEIP-Addictovigilance, CHU de Toulouse, Toulouse, France 
4 CEIP-Addictovigilance, Hôpital de la Timone AP-HM, Marseille, France 
5 CEIP-Addictovigilance, Hôpital Fernand-Widal AP-HP, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La consommation de néfopam est en constante augmentation en France. Les objectifs de cette étude sont de quantifier l’intensité du signal de pharmacodépendance, d’identifier les populations à risque et les facteurs de risque de survenue.

Méthodes

L’ensemble des cas graves et non graves d’abus, de pharmacodépendance, d’usage détourné, de surdosage et de syndrome de sevrage rapportés en France depuis 1988, ont été analysés, ainsi que des données de remboursement du néfopam (Echantillon Généraliste des Bénéficiaires) sur la période 2006-2017.

Résultats

Le profil de pharmacodépendance du néfopam s’apparente à celui d’un psychostimulant. L’analyse de la littérature et des notifications spontanées confirme le risque d’abus et de dépendance sous néfopam. En plus d’un terrain psychiatrique fréquent (dépression, psychose, anxiété), près de la moitié des patients présente des antécédents de troubles addictifs, dont plus d’un tiers une dépendance aux opioïdes. Pour près de la moitié des 120 cas rapportés, l’effet indésirable principal est une dépendance et la fréquence des effets graves parmi les effets rapportés est supérieure à 40 %. Près de 70 % des cas d’abus ou de dépendance rapportés, concernent la douleur chronique, ce qui explique, en partie, les prises prolongées. Par ailleurs, l’analyse des données de remboursement du néfopam en population générale, montre qu’un français sur deux ayant une prescription de néfopam, présente une douleur chronique. Pourtant, le néfopam est uniquement indiqué dans le traitement des affections douloureuses aiguës. La question de la limitation de la durée de traitement à 28jours se pose donc. Bien qu’elle ne semble pas associée à un plus grand risque d’abus ou de dépendance, la prise du produit par voie orale est un usage hors AMM, très fréquent, qui mérite d’être encadré.

Discussion

En France, la prescription hors AMM du néfopam est d’autant plus regrettable qu’elle contribue au développement des cas d’abus et de dépendance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 167 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Validation d’une échelle de mésusage des antalgiques opioïdes en soins primaires
  • Catherine Laporte, Jessica Delorme, Julie Dupouy, Aurélie Quirin, Nicolas Kerckhove, Aurélie Cabaillot, Noémie Delage, Bruno Pereira, Nicolas Authier
| Article suivant Article suivant
  • Étude des freins et leviers à la déclaration par notification spontanée des cas de mésusage ou de dépendance aux opioïdes analgésiques prescrits en médecine générale, région Occitanie
  • Lucille Ausseil, Hélène Peyrière, Hélène Donnadieu-Rigole

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.