Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Consommation de substances psychoactives illicites par vapotage : les données d’addictovigilance - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.024 
Anne Batisse 1, , Reynald Le Boisselier 2, Juliana Tournebize 3, Leila Chaouachi 1, Samira Djezzar 1
1 CEIP-Addictovigilance d’Ile de France-Centre-Val de Loire, Hôpital Fernand Widal, 200, rue du faubourg Saint Denis, 75010 Paris, France 
2 CEIP-Addictovigilance de Caen (CEIP-Addictovigilance), CHU Côte de Nacre, Caen, France 
3 CEIP-Addictovigilance de Nancy, CHRU de Nancy, Nancy, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Vapoter consiste à inhaler un aérosol créé en chauffant un liquide pouvant contenir des substances psychoactives (SPA) à l’aide d’une E-cigarette (CE) ou d’un vaporisateur. Son intérêt réside dans la température de production des vapeurs de SPA, qui est inférieure au point de combustion des produits de pyrolyse carcinogènes. Considérée comme un « produit du tabac », la publicité sur la CE est interdite de même que sa vente aux mineurs. Pourtant un signal d’addictovigilance apparaît chez les mineurs depuis 2013 avec des complications après vapotage de cannabinoïdes de synthèse (CS).

Méthodes

Une analyse descriptive des notifications nationales d’addictovigilance en lien avec le vapotage centrée sur les complications et une revue de la littérature ont été réalisées jusqu’au 31 décembre 2019.

Résultats

Au total 256 cas (hommes (84 %) ; âge médian de 17 ans) présentent des complications en lien avec le vapotage de SPA, principalement neuropsychiatriques (71 %). La proportion des mineurs est inquiétante (51 %). Les produits déclarés être vapotés sont des cannabinoïdes (75 % des cas) naturels (n=121) ou des CS (n=71). D’autres substances sont citées (n=3) : poppers, ecstasy, opiacés pilés. Les modes d’obtention sont le don/partage (46 %), Internet (36 %) ou le deal (16 %). Le partage de CE expose à un risque de prises de SPA à l’insu. Les données soulignent le manque d’analyses toxicologiques : seuls 16 E-liquides ont pu être analysés (6,25 %), principalement des CS (87,5 %). Une concordance étiquetage/contenu est retrouvée pour 41 % des flacons analysés. Concernant les données de la littérature, celles-ci montrent que toutes les SPA thermorésistantes, médicamenteuses ou non, peuvent être vapotées (méthamphétamine, cathinones, MDMA, dextrométorphane…). De plus, il est important de noter que l’inhalation est la voie d’administration la plus rapide pour saturer les récepteurs cérébraux, plus rapide que la voie intraveineuse et que celle-ci participe à l’addictogénicité du produit.

Discussion

Les SPA fumées habituellement (nicotine et cannabis) peuvent être vapotées en invoquant une logique de réduction des risques mais les autres SPA (CS, cocaïne, amphétamines…) sont probablement plus à risque par vapotage que par d’autres voies. L’addictovigilance doit continuer sa veille, la CE pouvant devenir le nouveau mode d’administration des SPA avec des risques d’addictogénicité et de toxicité élevés inhérents à cette voie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 168 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Concentration plasmatique en delta9-tetrahydrocannabinol (THC) et ses métabolites et symptomatologie clinique observée après exposition accidentelle au cannabis chez les nourrissons et jeunes enfants : données françaises d’addictovigilance
  • Laurie Falcou, Camille Ponte, Maryse Lapeyre-Mestre, et le Réseau français d’addictovigilance
| Article suivant Article suivant
  • Quels sont médicaments psychoactifs obtenus illégalement et par quels moyens d’acquisition ? 10 ans d’observation à travers le dispositif national OPPIDUM
  • Clémence Lacroix, Thomas Soeiro, Liselotte Pochard, Adeline Giocanti, Elisabeth Frauger, Joëlle Micallef, the French Addictovigilance Network

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.