Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quels sont médicaments psychoactifs obtenus illégalement et par quels moyens d’acquisition ? 10 ans d’observation à travers le dispositif national OPPIDUM - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.025 
Clémence Lacroix , Thomas Soeiro, Liselotte Pochard, Adeline Giocanti, Elisabeth Frauger, Joëlle Micallef

the French Addictovigilance Network

 Centre d’Addictovigilance Paca Corse, Service de Pharmacologie Clinique, Hôpital de la Timone, Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Aix-Marseille Université, Institut de Neurosciences des Systèmes, Inserm UMR1106, 13005 Marseille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La tendance à l’obtention illégale de médicaments se diversifie et concerne de plus en plus de molécules. L’objectif de notre étude est de déterminer quels médicaments psychoactifs sont obtenus illégalement et par quels modes d’acquisition.

Méthode

OPPIDUM (observation des produits psychotropes illicites ou détournés de leur utilisation médicamenteuse) est un dispositif de pharmacosurveillance, enquête transversale, annuelle et nationale auprès structures spécialisées dans la prise en charge des addictions [2, 1]. Les résultats de l’enquête 2018 ont été comparés aux résultats de 2008.

Résultats

En 2018, 5412 sujets ont décrit la consommation de 11 329 substances psychoactives dont 61 % de médicaments. Parmi eux, 16 % ont été obtenus illégalement (vs 11 % en 2008). La part d’obtention illégale de médicaments était plus importante dans les CAARUD (40 %) que dans les CSAPA (15 %) en 2018. Les 3 principaux médicaments obtenus illégalement en 2018 étaient : méthadone 30 %, n=325 (vs 19 %, n=148), buprénorphine 17 %, n=184 (vs 30 %, n=232) et morphine 10 %, n=104 (vs 4 %, n=33). Certains médicaments ont une part d’obtention illégale importante en 2018 : kétamine (97,7 %, n=42 vs 100 %, n=17), codéine (83 %, n=15 vs 5 %, n=1), clonazépam (66 %, n=19 vs 37 %, n=48), morphine (64 %, n=104 vs 56 %, n=33), et méthylphénidate (54 %, n=25 vs 47 %, n =7). Ces résultats soulignent également le doublement de la part d’obtention illégale de la méthadone (12 %, n=325 vs 6 %, n=148). L’obtention illégale de prégabaline, d’oxycodone et de tramadol a également augmenté (+ 0,7 %, n=8 en 2018 ;+0,6 %, n=14 et+0,4 %, n=7 respectivement entre 2008 et 2018). Les modes d’acquisition étaient : deal (achat de rue) 65 % (vs 78 %), don/recours à l’entourage 32 % (vs 17 %), doctor shopping 17 %, fausses ordonnances 3,1 % (vs 2,3 %), vol 2,3 % (vs 2,1 %), et obtention par internet 2,5 % (vs 0,7 %).

Discussion

Cette étude montre la diversité et l’augmentation des médicaments obtenus illégalement, notamment les médicaments opioïdes et la prégabaline. L’utilisation de ces médicaments en dehors d’un cadre médical peut se révéler problématique notamment pour des molécules avec une puissance pharmacologique importante par exemple chez des sujets naïfs de méthadone (dépression respiratoire, trouble de la conscience, myosis) mais aussi chez les sujets consommateurs (risque de surdose). L’augmentation de la part d’obtention illégale de certains médicaments (comme codéine, clonazépam, méthadone) est à mettre en perspective avec de nouvelles mesures réglementaires. Quant aux modes d’acquisition, l’achat de rue reste le 1er mode d’obtention illégale, mode néanmoins alimenté majoritairement par les prescripteurs, soulignant l’importante capitale de plus de vigilance pour repérer l’existence d’une tolérance, d’un mésusage, d’une addiction et des facteurs de risque d’overdose chez les patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 169 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Consommation de substances psychoactives illicites par vapotage : les données d’addictovigilance
  • Anne Batisse, Reynald Le Boisselier, Juliana Tournebize, Leila Chaouachi, Samira Djezzar
| Article suivant Article suivant
  • Évolution des comportements de consommation de produits psychoactifs illicites ou détournés de leur usage médicamenteux chez les femmes enceintes en France : analyse des données OPPIDUM de 2005 à 2018
  • Lena Blayac, Joelle Micallef, Maryse Lapeyre-Mestre, et le réseau Français d’addictovigilance

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.