Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Décès en relation avec l’abus de médicaments et de substances (DRAMES) : état des lieux en Ile de France entre 2014 et 2018 - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.028 
Anne Batisse 1, , Sabrina Cherki 1, Nathalie Fouilhé 2, Hélène Eysseric 3, Leila Chaouachi 1, Samira Djezzar 1
1 CEIP-AddictoVigilance d’Ile de France-Centre-Val de Loire, Hôpital Fernand Widal, 200, rue du faubourg Saint Denis, 75010 Paris 
2 CEIP-AddictoVigilance de Grenoble, CHU Grenoble Pavillon E CS 10217, 38043 Grenoble 
3 Institut de Biologie et de Pathologie, CHU de Grenoble CS 10217, 38043 Grenoble 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La surveillance des décès en lien avec l’usage de substances psychoactives (SPA), à travers l’enquête DRAMES, est une des missions majeures du réseau d’Addictovigilance. La région Ile de France (IDF) est la région qui recense le plus de décès en relation avec l’abus de SPA. De par sa population importante (20 %), ses spécificités locales d’usage de SPA, une évaluation locorégionale de la mortalité semble primordiale.

Méthodes

Une analyse des décès DRAMES survenus sur le territoire du CEIP-A de Paris (IDF et Centre Val de Loire [CVDL]) a été réalisée sur la période 2014-2018. L’objectif de cette étude est d’observer l’évolution du nombre de décès par substances et de les mettre en perspective par rapport aux données nationales.

Résultats

Le nombre de cas de décès IDF-CVDL augmente chaque année avec en moyenne 82 décès/an (n total=407) et concernent des hommes (84,0 %) d’un âge moyen de 39 ans [16-71]. Ils représentent 19,3 % des décès nationaux et sont localisés en IDF (94,0 %). La majorité de ces décès (53,0 %) est liée uniquement à des substances non médicamenteuses (SNM) alors qu’au niveau national, les substances médicamenteuses (SM et SM+SNM) sont les plus impliquées (57,0 %). La cocaïne devient en 2016 la première SNM imputée dans les décès en IDF (+12 % par rapport au taux national) avec un effet genre remarquable (43,0 % des femmes versus 29,0 % des hommes). Les nouveaux produits de synthèse (NPS) sont détectés à partir de 2015 et restent stables (6 %). Concernant les SM (SM et SM+SNM), la méthadone est la première substance impliquée avec une évolution stable (25,0 %) et un taux inférieur au taux national. Les médicaments opioïdes hors MSO viennent en deuxième position (morphine>tramadol).

Discussion

Les résultats font ressortir la pertinence d’une étude régionale des décès en IDF. La spécificité cocaïne/crack est comparable à celle des données NotS de l’enquête nationale (38 % des notifications nationales). À l’instar de la surveillance renforcée de l’arrivée d’une crise des opioïdes, l’émergence des décès par NPS et le crack/cocaïne, imposent une vigilance ainsi qu’un programme de réduction de risques spécifiques et adaptés à chacune des populations concernées dans cette grande région qu’est l’IDF.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 170 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ordonnances suspectes indicateur d’abus possible : résultats de l’enquête OSIAP 2019
  • Emilie Jouanjus, Maryse Lapeyre-Mestre, le Réseau français d’addictovigilance
| Article suivant Article suivant
  • Augmentation des surdosages et des décès en lien avec la consommation de méthadone durant la crise sanitaire liée au COVID 19 au regard des tendances observées en 2019
  • Elisabeth Frauger, Nathalie Fouilhé, Clémence Lacroix, Michel Mallaret, Joelle Micallef, le réseau Français d’Addictovigilance

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.