Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Usage de produits psychoactifs chez les étudiants bordelais. Analyses au sein de la cohorte i-Share - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.032 
Héléna Da Cruz 1, Shérazade Kinouani 1, 2, , Christophe Tzourio 1
1 Université de Bordeaux, Inserm, Bordeaux Population Health Research Center, team HEALTHY, UMR 1219, Bordeaux, France 
2 Université de Bordeaux, Département de médecine générale, 146, rue Léo Saignat, 33000 Bordeaux, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Il y a peu de données au sujet de l’usage d’e-cigarettes et des produits illicites en population étudiante française. L’objectif de ce travail était de décrire l’évolution de l’usage de différents produits psychoactifs au sein d’une population étudiante bordelaise.

Méthodes

Le projet i-Share est une e-cohorte lancée en 2013. Elle inclut actuellement plus de 21 000 étudiants majeurs francophones. En 2016 et 2018, deux études ancillaires ont été mis en place au sein du projet, pour décrire l’usage d’e-cigarettes en population étudiante. Les étudiants inclus dans i-Share y ont participé sur la base du volontariat. Des analyses transversales descriptives ont été effectuées sur ces données en ciblant les étudiants de la métropole bordelaise. Un calage sur les marges de la base universitaire APOGÉE a été réalisé pour obtenir les estimations pondérées des prévalences.

Résultats

Il y avait 1698 étudiants bordelais (femmes : 78 %) inclus dans les analyses en 2016 et 415 (femmes : 80 %) en 2018. Deux étudiants sur cinq avaient essayé l’e-cigarette en 2016 comme en 2018. L’usage occasionnel ou quotidien d’e-cigarettes concernait 5 % des étudiants en 2016 et 7 % en 2018 (p=0,34). L’usage régulier de cannabinoïdes au cours du vapotage était rare : 0,2 % en 2018. Plus du tiers (35 %) avaient consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois, en 2016 comme en 2018. L’usage d’ecstasy et de cocaïne « plus d’une fois au cours de la vie » étaient respectivement de : 4 % en 2016 et 6 % en 2018 (p=0,14) ; 1,2 % en 2016 et 6,5 % en 2018 (p<0,001). Celui de protoxyde d’azote était de 9 % en 2016.

Discussion

Les usages déclarés d’e-cigarettes, de cannabis et d’ecstasy étaient stables en population étudiante bordelaise entre 2016 et 2018 tandis que l’usage de cocaïne avait significativement augmenté. En 2016, près d’un étudiant sur dix avait plus d’une fois utilisé du protoxyde d’azote. Les usages de cocaïne et de protoxyde d’azote devraient faire l’objet d’une vigilance particulière en population étudiante bordelaise.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 172-173 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Facteurs associés à une consommation régulière de cannabis chez les étudiants de la cohorte i-Share
  • Justine Perino, Marie Tournier, Clément Matthieu, Louis Letinier, Alexandre Peyré, Ghada Miremont, Sarah Qchicach, Annie Fourrier, Clothilde Pollet, Mélina Fatseas, Christophe Tzourio, Amélie Daveluy
| Article suivant Article suivant
  • État de santé, consommation de médicaments et substances psychoactives d’une population d’étudiants selon le statut à l’emploi
  • Lamia Issany, Vidiane Jaoul, Emilie Jouanjus, Fabrice Hérin, Maryse Lapeyre-Mestre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.