Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mésusage des antihistaminiques H1 de première génération disponibles en vente libre : résultats de l’étude ECHO - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.042 
Marylène Guerlais 1, , Louis-Marie Leeuws 1, Claire Sallenave-Namont 3, Morgane Rousselet 1, 2, Pascale Jolliet 1, 2, Caroline Victorri-Vigneau 1, 2
1 CEIP-Addictovigilance, Service de Pharmacologie Clinique, Institut de Biologie, CHU Hôtel-Dieu, 9, quai Moncousu, 44093 Nantes cedex 1, France 
2 UMR 1246, SPHERE, Methods in Patients-centered outcomes and Health Research, Universités de Nantes et Tours, France 
3 UFR Sciences Pharmaceutiques et Biologiques, Nantes, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les antihistaminiques (antiH1) de première génération disponibles sans prescription sont approuvés dans de nombreuses indications telles que l’insomnie, la toux, l’écoulement nasal, la cinétose. Leurs propriétés pharmacologiques antihistaminiques et atropiniques en font des substances susceptibles d’être mésusées, c’est-à-dire avec une utilisation non conforme au résumé des caractéristiques du produit (RCP). L’objectif principal de l’étude ECHO était de caractériser ce mésusage.

Méthodes

Il s’agissait d’une étude transversale menée en 2019, en pharmacies d’officine, dans la région des Pays de la Loire. Un questionnaire, a été proposé à chaque patient majeur se présentant à l’officine avec une demande spontanée d’un antiH1 de première génération disponible en vente libre. Les données recueillies concernaient notamment les effets recherchés, la dose, la durée de prise et la voie d’administration,

Résultats

Au total, 433 patients ont été inclus. Aucun détournement de la voie d’administration n’a été rapporté. Les deux antiH1 de première génération les plus demandés étaient la doxylamine (n=238) et l’oxomémazine (n=99) et, pour chacun d’eux, plus de 40 % des patients avait une consommation non conforme au RCP par rapport à la dose, la durée de prise ou les effets recherchés. La doxylamine était souvent consommée sur une longue durée et/ou à dose élevée chez des sujets âgés. Pour l’oxomémazine, une recherche d’effet sédatif était rapportée par 25 % des patients. Parmi les autres antiH1, la cyproheptadine était toujours prise par des femmes et mésusée avec une recherche d’effet orexigène (n=6). Pour la prométhazine, malgré un faible nombre de répondants (n=4), la recherche d’effet hallucinogène était rapportée.

Discussion

Notre étude a permis de mettre en évidence un taux de mésusage important des antiH1 de première génération disponibles en vente libre demandés en officine. Questionner les patients en officine sur les effets ressentis lors de la prise des antiH1 de première génération, pourrait permettre de prévenir d’éventuels risques de mésusages ultérieurs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 177 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Baclofène dans le traitement des troubles liés à l’usage de l’alcool : étude descriptive et rétrospective de 184 patients
  • Juliana Tournebize, Lisa Fristot, Michaël Bisch, Sébastien Georget, Valérie Gibaja, Daniela Dobre
| Article suivant Article suivant
  • Renforcement des règles de prescription du zolpidem : quel impact sur la pratique en médecine générale ? Étude nationale française ZORRO
  • Marion Istvan, Marie Mainguy, Christelle Cadiet, Morgane Rousselet, Marylène Guerlais, Marie Gérardin, Pascale Jolliet, Fanny Feuillet, Caroline Victorri-Vigneau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.