Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La force du vrai en déclin : les formes de subjectivation à l’ère de la post-vérité - 08/05/21

The force of truth in decline: Forms of subjectivation in the post-truth era

Doi : 10.1016/j.evopsy.2021.02.005 
Luiz Paulo Leitão Martins  : Docteur en psychopathologie et psychanalyse (Université de Paris) et chercheur associé au Centre de recherches psychanalyse, médecine et société (CRPMS). Psychologue clinicien et psychanalyste, membre de l’Espace brésilien d’études psychanalytiques (Rio de Janeiro, Brésil)
 Centre de recherches psychanalyse, médecine et société, CRPMS, Université de Paris, EA 3522, bâtiment Olympe-de-Gouges, 8, rue Albert-Einstein, 75013 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 12
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Il est courant, dans les recherches en sciences humaines, sociales et politiques, de qualifier l’ère actuelle par le signe de « post-vérité ». Considérant la discontinuité entre discours et vérité aujourd’hui, cet article vise à identifier sous quels régimes de vérité la force du vrai est en déclin et à souligner certains apports d’auteurs de la tradition psychanalytique pour réfléchir à l’engagement des sujets dans les discours de vérité.

Méthode

Dans une perspective historique, nous recourrons à l’analyse de Foucault pour identifier, dans la notion de « force du vrai », une conception de la vérité située entre savoir et pouvoir. Ensuite, sont présentées, sur la base des propositions théoriques de Freud et de Deleuze et Guattari, (1) une lecture portant sur l’actuel déclin de la vérité, ainsi que, à partir de la contribution de Lacan, (2) des possibilités de relever les dimensions de l’altérité et des limites du discursif dans l’expérience de la vérité.

Résultats

Compte tenu de la faillite des régimes modernes de vérité basés sur le modèle de la connaissance et le détachement des subjectivités de l’indexation de leur discours sur le plan de la vérité, nous identifions l’ascension d’un narcissisme des petites différences et d’une modalité de fascisme qui soumet les différences à un principe d’identité. Au vu de ce scénario, nous constatons, dans l’approche psychanalytique, combien l’autre occupe une place incontournable comme différence dans l’expérience de la vérité. Cette perspective récupère une autre tradition de la vérité, qui, associée à un travail de soi sur soi-même, implique la possibilité de transformation du sujet.

Discussion

En problématisant l’expérience de la vérité qui repose sur la connaissance, étant déterminée par une tradition métaphysique de l’âme (psykhé), c’est-à-dire, en définissant l’ontologie comme une manière d’être du sujet, nous soulignons d’autres possibilités de subjectivation de la vérité basées sur la dimension de la vie (bíos) et de l’existence. En concevant le dire vrai dans la psychanalyse à partir de la lecture de Lacan, nous nous demandons dans quelle mesure cette perspective réintroduit aujourd’hui la question de la force du vrai dans le domaine d’une réflexion éthique.

Conclusions

En favorisant le retour de la vérité par le biais d’une clinique du sujet, la contribution de Lacan à la psychanalyse permet d’établir une critique des formes de subjectivation aujourd’hui fondées sur le principe de l’identité, et de redéfinir la place de l’altérité dans les discours de vérité. La détermination des limites du dire dans l’appréhension du réel ne donne pas tellement lieu à un renoncement à l’expérience de la vérité, puisque, outre qu’elle est inscrite dans la tradition de la connaissance, celle-ci peut se situer dans une démarche esthétique, dans laquelle la force du vrai engendre une stylistique de l’existence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

It has become a commonplace in research in human, social, and political sciences to refer to the current era as being one of “post-truth”. Considering the discontinuity between discourse and truth today, this article aims to identify under which regimes the force of truth is in decline and to indicate some contributions of authors from the psychoanalytic tradition, in order to reflect on the engagement of subjects in discourses of truth.

Method

From a historical perspective, we refer to Foucault's analysis to identify, in the notion of “force of truth”, a conception of truth established between knowing and power. Then, we propose, based on the theoretical propositions of Freud and of Deleuze and Guattari, (1) an interpretation of the current decline of the truth, and, from Lacan's contributions; (2) possibilities for emphasising the dimensions of otherness and of the limits of the discursive in the experience of truth.

Results

Given the failure of modern regimes of truth based on the knowledge model and the detachment of subjectivities from the discourses of truth, we identify the rise of a narcissism of small differences and a modality of fascism that submits differences to a principle of identity. Considering this scenario, the psychoanalytic approach demonstrates how powerfully the other occupies an unavoidable place of difference in the experience of truth. This perspective recovers another tradition of truth, which, associated with the subject's work on her/himself, implies the possibility of subjective transformation.

Discussion

By problematising the experience of truth based on knowledge and determined by a metaphysical tradition of the soul (psykhé), that is, by defining ontology as the subject's way of being, we highlight other possibilities of the subjectivation of truth based on the dimension of life (bíos) and of existence. By conceiving of telling the truth in psychoanalysis according to Lacan's reading, we question how this perspective reintroduces the question of the force of truth in the field of ethical discussion.

Conclusions

By promoting the return of truth through a clinical investigation of the subject, Lacan's contribution to psychoanalysis allows us to establish a critique of contemporary forms of subjectivation based on the principle of identity, and to redefine the place of otherness in discourses of truth. The determination of the limits of speech in the apprehension of the real does not give rise to a renunciation of the experience of truth, since, besides being inscribed in the tradition of knowledge, it can be situated in an aesthetic approach, in which the force of truth engenders stylistics of existence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Vérité, Discours, Sujet, Soi, Autre, Altérité, Psychanalyse, Sciences humaines, Éthique

Keywords : Truth, Discourse, Subject, Self, Other, Otherness, Psychoanalysis, Human sciences, Ethics


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Leitão Martins LP. La force du vrai en déclin : les formes de subjectivation à l’ère de la post-vérité. Evol psychiatr 2021 ; 86(2) : pages (pour la version imprimée) ou URL : date de consultation (pour la version électronique).


© 2021  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 86 - N° 2

P. 339-350 - mai 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Post-vérité, un symptôme du lien social ?
  • Mario De Vincenzo
| Article suivant Article suivant
  • Les extensions de la post-vérité, questions épistémologiques et politiques : entretien avec Philippe Huneman
  • Philippe Huneman, Sarah Troubé, Olivier Douville

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.