Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Histoire de la kétamine : une molécule ancienne qui a toujours la cote - 09/05/21

History of Ketamine: An ancient molecule that is still popular today

Doi : 10.1016/j.pharma.2021.04.005 
B. Le Daré a, b, 1, , R. Pelletier b, I. Morel a, b, T. Gicquel a, b
a Univ Rennes, Inserm, INRAE, Institut NuMeCan (Nutrition, Métabolismes et Cancer), 35000 Rennes, France 
b Laboratoire de toxicologie biologique et médico-légale, Centre hospitalier universitaire Pontchaillou, 35000 Rennes, France 

Auteur correspondant. Laboratoire de toxicologie biologique et médico-légale, Centre hospitalier universitaire Pontchaillou, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35000 Rennes, France.Laboratoire de toxicologie biologique et médico-légale, Centre hospitalier universitaire Pontchaillou2, rue Henri-Le-GuillouxRennes35000France
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Sunday 09 May 2021

Highlights

L’histoire de la kétamine commence en 1962, lorsqu’elle est synthétisée à partir de la phencyclidine.
La kétamine est une molécule psychotrope utilisée dans des indications d’anesthésiologie, d’analgésie et de traitement des épisodes dépressifs caractérisés.
La relative sécurité d’emploi et l’effet dissociatif de la kétamine en ont fait une substance attractive en usage récréatif, se répandant sur les scènes festives commerciales.
L’apparition d’analogues de synthèse de la kétamine ces dernières années représente une préoccupation de santé publique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

L’histoire de la kétamine commence en 1962, lorsque Calvin Stevens du laboratoire pharmaceutique Parke-Davis la synthétise à partir de la phencyclidine, une molécule aux propriétés psychodysleptiques hallucinogènes et dissociatives. Suite à la première administration de kétamine chez l’homme en 1964 à la prison Jackson (Michigan, USA), ses effets dissociatifs associés à l’obtention de l’anesthésie courte sont rapportés, et un brevet portant sur son utilisation humaine est déposé en 1966. Dans les années 1990, la découverte de l’hyperalgie induite par les opioïdes suscite un intérêt pour la kétamine dans l’indication analgésique. Ces dernières années, l’utilisation humaine de la kétamine, et en particulier son énantiomère eskétamine, s’est orientée dans la prise en charge de la dépression. Les premiers cas d’abus de kétamine sont signalés en 1992 en France, menant à une surveillance particulière par les autorités sanitaires, et son inscription en 1997 sur la liste des stupéfiants. Aujourd’hui, la kétamine est devenue une substance attractive en usage récréatif, émergeant peu à peu des milieux techno alternatifs pour se répandre sur les scènes festives plus commerciales. Ces éléments représentent une préoccupation de santé publique, associé au risque de développement de nouveaux analogues de synthèse chimique dont les effets néfastes sont encore peu connus.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The history of ketamine begins in 1962, when Calvin Stevens of the pharmaceutical laboratory Parke-Davis synthesizes it from phencyclidine, a molecule with psychodysleptic, hallucinogenic and dissociative properties. Following the first administration of ketamine to humans in 1964 in Jackson prison (Michigan, USA), its dissociative effects associated with short anaesthesia were reported, and a patent for its human use was filed in 1966. In the 1990s, the discovery of opioid-induced hyperalgesia sparked interest in ketamine as an analgesic. In recent years, the human use of ketamine, and in particular its esketamine enantiomer, has shifted towards the treatment of depression. The first cases of ketamine abuse were reported in 1992 in France, leading to special surveillance by the health authorities, and its inclusion in the list of narcotic drugs in 1997. Today, ketamine has become an attractive substance for recreational use, gradually emerging from alternative techno circles to spread to more commercial party scenes. These elements represent a public health concern, associated with the risk of developing new chemically synthesized analogues, the harmful effects of which are still little known.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Kétamine, Anesthésie, Analgésie, Dépression, Usage récréatif

Keywords : Ketamine, Anesthesia, Analgesia, Depression, Recreational use


Plan


© 2021  Académie Nationale de Pharmacie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.