Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’histoire inouïe de la maladie fatale du roi Alexandre Ier de Grèce (1893–1920) : approche diagnostique moderne - 29/05/21

The incredible story of King Alexander's of Greece (1893–1920) fatal disease: A current diagnostic approach

Doi : 10.1016/j.banm.2020.10.022 
I.D. Dimitriadis a, b, , M. Karamanou c
a Service d’histoire de la médecine et d’éthique médicale, faculté de médecine, université nationale et capodistrienne d’Athènes, 75, rue Mikras Asias, TK 11527 Athènes, Grèce 
b Cabinet de dermatologie du Dr Gaucher, 29, avenue de Suffren, 75007, Paris, France 
c Service d’histoire de la médecine et de déontologie médicale, faculté de médecine, université de Crète, B.P. 2208, TK 71003 Voutès, Héraklion, Crète, Grèce 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 12
Iconographies 7
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Alexandre Ier (2 août 1893–25 octobre 1920) accéda au trône après la destitution forcée de son père, Constantin Ier (1868–1923), le 12 juin 1917 et régna sur la Grèce jusqu’à sa mort prématurée, à l’âge de 27 ans, des suites d’une infection invasive des tissus mous de la jambe gauche à type de pyomyosite post-morsure de magot berbère domestique, compliquée de choc septique, voire de syndrome de choc toxique streptococcique. À l’occasion du centenaire de cet événement, ce travail vise à retracer l’anamnèse et l’évolution de la maladie du souverain grec, son étiologie, la prise en charge thérapeutique ainsi que la polémique concernant la pertinence du diagnostic posé et la conduite tenue par les médecins du roi. Les données proviennent : (i) des bulletins journaliers de santé du roi ; (ii) de la presse athénienne et parisienne de l’époque ; (iii) de deux biographes d’Alexandre ; (iv) du compte-rendu de la séance post-mortem du 5 novembre 1920 de la « Société médico-chirurgicale d’Athènes » et (v) de la correspondance échangée entre le professeur Constantin Savvas (1861–1929), coordinateur du collège des médecins et le Docteur Andréas Anastasopoulos, médecin-major de l’ex-roi exilé. Rétrospectivement, il semblerait qu’une amputation inférieure majeure prompte aurait sauvé la vie du jeune monarque. D’un point de vue médico-historique, cette affaire intéresse autant la France que la Grèce, puisqu’elle implique l’intervention de deux savants français de renom, les Professeurs Fernand Widal (1862–1929) et Pierre Delbet (1861–1957) qui furent appelés à Athènes afin de soigner le souverain malade au château royal de Tatoï.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

King Alexander of Greece (2 August 1893–25 October 1920) reigned over the country, after his father's, Constantine I (1868–1923) impeachement, from 12 June 1917 until his premature death at the age of 27 years old. He passed away from an invasive soft-tissue infection at the left calf in the form of a necrotizing myositis contracted by a Barbary macaque's bite. His condition got further aggravated by a septic shock, in particular by a streptococcal toxic shock syndrome. On the occasion of this centennial anniversary, herein, we trace the history and evolution of the King's illness, its etiology and treatment as well as the controversy among specialists about the accuracy of the diagnosis and the medical course subscribed by the royal doctors. The sources quoted derive from: (i) the daily King's health bulletins; (ii) the Athenian and Parisian Press of that period; (iii) his two biographers; (iv) the post-mortem report, produced at the general meeting of the « Athens’ Medico-surgical Society » held on November 5, 1920 and (v) the correspondence exchanged between Professor Constantine Savvas (1861–1929), coordinator of the royal medical council and Doctor Andrew Anastasopoulos, Physician to the exiled ex-King. In hindsight, a prompt lower limb amputation might have saved the young monarch's life. From a medico-historical point of view, this case concerns equally both Greece and France, as two eminent French physicians were implicated. Professors Fernand Widal (1862–1929) and Pierre Delbet (1861–1957) were solicited to treat the ill Sovereign at the Tatoi Palace, in Athens.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Histoire de la médecine, Diagnostic

Keywords : History of Medicine, Diagnosis


Plan


 Séance du 16 mars 2021.


© 2021  l'Académie nationale de médecine. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 205 - N° 6

P. 635-646 - juin 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Discussion suite à la communication : « Complications des tatouages : informations récentes justifiant la prise de mesures urgentes »
  • C. Géraut
| Article suivant Article suivant
  • Dostoïevski épileptique : un hémisphère droit aux abois
  • J. Cambier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.