Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Risk factors for keratoconus progression after treatment by accelerated cross-linking (A-CXL): A prospective 24-month study - 10/06/21

Facteurs de risque de progression du kératocône après traitement par Cross-Linking Accéléré (A-CXL) : étude prospective sur 24 mois

Doi : 10.1016/j.jfo.2020.08.040 
M. Sot a, , G. Gan a , J. François a , D. Chaussard a , M. Da Costa a , M.S. Luc a , C. Goetz b , V. Dinot b , L. Lhuillier a , J.M. Perone a
a Ophthalmology Department, Regional Hospital Center of Metz-Thionville, Mercy Hospital, 1, allee du Chateau CS 45001, 57085 Metz Cedex 03, France 
b Clinical Research Department, Regional Hospital Center of Metz-Thionville, Mercy Hospital, 1, allee du Chateau CS 45001, 57085 Metz Cedex 03, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 10
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Purpose

Identification of potential predictive factors for keratoconus progression after treatment by accelerated Cross-linking (A-CXL)

Secondary objectives

Evaluation of clinical and topographic outcomes for two years following accelerated cross-linking treatment for progressive keratoconus including: best spectacle corrected visual acuity (BSCVA), thinnest pachymetry, maximum keratometry (Kmax), cylinder.

Study

Prospective, interventional, monocentric study.

Site

Metz-Thionville Regional Medical Center, Lorraine University, Mercy Hospital, Metz, France.

Patients and methods

We included 82 eyes of 60 patients between March 2014 and June 2016 who underwent accelerated corneal cross-linking (A-CXL) with epithelial debridement for progressive keratoconus, with a minimum follow-up of 2 years. A complete clinical evaluation and corneal topography were performed before cross-linking, and subsequently at 6, 12 and 24 months post-procedure. The following parameters were monitored during follow-up: best spectacle corrected visual acuity (BSCVA), minimal pachymetry, maximum keratometry (Kmax), mean anterior and posterior curvatures, maximum posterior curvature, presence of optical aberrations, subdivided into spherical aberration, coma, astigmatism, higher order optical aberrations and residual optical aberrations. After a 2-year follow-up, two groups, defined as “responders” and “non-responders” to treatment, were separated for analysis, and their initial characteristics were compared.

Results

Data for 82 eyes of 60 patients with progressive keratoconus with a mean age of 24±7 years were studied. Fourteen eyes (17.1%) showed signs of progression after treatment by A-CXL (non-responders), and 68 eyes (82.9%) showed stabilization of the disease (responders). Characteristics of non-responding eyes after A-CXL included a younger mean age (20±5 vs. 25±7 years) (P=0.04) and a lower initial mean BCVA for non-responders of 0.44±0.16 logMAR vs. 0.29±0.19 logMAR (P=0.03). Non-responders also had a higher mean maximal posterior curvature (AKB) of −10.84±1.72D vs. −9.46± 1.12D (P=0.03). They also showed more higher order optical aberrations (3.84±1.72D vs. 2.4±1.02D; P=0.01), including coma (3.85±1.81D vs. 2.1±1.01D; P=0.03) and more residual aberrations than responders (1.05±0.44D vs. 0.45±0.6D; P=0.005). No significant differences were found between responders and non-responders for the other parameters in our study.

Conclusion

Eyes with progressive keratoconus who did not respond to A-CXL treatment were the most aggressive cases in the youngest patients, with highest maximum corneal curvatures and most pronounced optical aberrations. These patients should be informed in advance of the high risk of non-response to A-CXL treatment, and of the potential need for additional treatment in the future.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Identification des facteurs prédictifs potentiels de progression du kératocône après traitement par cross-linking accéléré (A-CXL).

Objectifs secondaires

Évaluation des résultats cliniques et topographiques pendant deux ans après un traitement par A-CXL pour kératocône évolutif, comprenant: meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC), pachymétrie la plus fine, kératométrie maximale (Kmax), astigmatisme.

Étude

Prospective, interventionnelle, monocentrique.

Site

Centre Hospitalier Régional Metz-Thionville, Hôpital Mercy, Metz, France.

Matériel et méthodes

Nous avons inclus 82 yeux de 60 patients entre mars 2014 et juin 2016 qui ont bénéficié d’un traitement par A-CXL avec débridement épithélial pour kératocône évolutif avec un suivi minimum de 2 ans. Une évaluation clinique complète et une topographie cornéenne ont été réalisées avant le traitement, puis à 6, 12 et 24 mois. Les paramètres suivants ont été contrôlés au cours du suivi: meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC), pachymétrie minimale, kératométrie maximale (Kmax), courbures antérieure et postérieure moyennes, courbure postérieure maximale, présence d’aberrations optiques subdivisées en aberrations sphériques, coma, astigmatisme, aberrations optiques de haut grade et aberrations optiques résiduelles. Après un suivi de 2 ans, deux groupes définis par les « répondeurs » et les « non-répondeurs » au traitement ont été séparés pour l’analyse et leurs caractéristiques initiales ont été comparées.

Résultats

Les données pour 82 yeux de 60 patients atteints de kératocône évolutif, avec un âge moyen de 24±7 ans, ont été étudiées. 14 yeux (17,1 %) ont montré des signes de progression après traitement par A-CXL (non-répondeurs) et 68 yeux (82,9 %) avaient une maladie stabilisée (répondeurs). Les caractéristiques des yeux non répondeurs après A-CXL incluaient un âge moyen plus jeune de 20±5 vs. 25±7 ans (p=0,04) et une MAVC moyenne initiale plus faible pour les non-répondeurs de 0,44±0,16logMAR vs 0,29±0,19logMAR (p=0,03). Les non-répondeurs avaient également une courbure postérieure maximale (AKB) moyenne plus élevée de −10,84±1,72D vs −9,46±1,12D (p=0,03). Ils présentaient également des aberrations optiques d’ordre supérieur (3,84±1,72D vs 2,4±1,02D; p=0,01), y compris des aberrations à type de coma (3,85±1,81D vs 2,1±1,01D; p=0,03) et plus d’aberrations résiduelles que les répondeurs (1,05±0,44D vs 0,45±0,6D; p=0,005). Aucune différence significative n’a été trouvée entre les répondeurs et les non-répondeurs pour les autres paramètres de notre étude.

Conclusion

Les yeux atteints de kératocône évolutif qui ne répondaient pas au traitement A-CXL étaient les cas les plus agressifs chez les patients les plus jeunes, avec les courbures cornéennes maximales les plus élevées et les aberrations optiques les plus prononcées. Ces patients doivent être informés au préalable du risque élevé de non-réponse au traitement par A-CXL, et de la nécessité potentielle d’un traitement complémentaire à terme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Keratoconus, Corneal cross-linking, CXL, A-CXL, Corneal topography, Optical aberrations, Maximal keratometry

Mots clés : Keratocône, Cross-linking cornéen, CXL, A-CXL, Cornéotopographie, Aberrations optiques, Keratométrie maximale


Plan


 Cet article est issu d’une communication orale présentée lors du 125e congrès de la Société française d’ophtalmologie en mai 2019.


© 2021  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6

P. 863-872 - juin 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Primary Lacrimal Canaliculitis with clinically detected concretions: One-snip punctoplasty with lateral canaliculotomy vs. punctum sparing canalicular curettage
  • J. Landman-Vu, B. Fayet, E. Racy, N.-G. Hanna, H. Merle
| Article suivant Article suivant
  • Home vision monitoring in patients with maculopathy: Real-life study of the OdySight application
  • S. Guigou, T. Michel, P.-Y. Mérité, L. Coupier, F. Meyer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.