Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Modélisation de l’impact de santé publique d’une meilleure persistance au traitement de l’ostéoporose post-ménopausique en France - 17/04/08

Doi : 10.1016/j.rhum.2007.06.009 
François-Emery Cotté a, , Bernard Cortet b, Antoine Lafuma c, Bernard Avouac d, Abdelkader El Hasnaoui a, Patrice Fardellone e, Denis Pouchain f, Christian Roux g, Anne-Françoise Gaudin a
a Études, économie de la santé, GlaxoSmithKline, 100, route-de-Versailles, 78160 Marly-le-Roi, France 
b Service de rhumatologie, CHU de Lille, hôpital Roger-Salengro, 1, rue du Pr-Émile-Laine, 59037 Lille, France 
c CEMKA-EVAL, 43, boulevard Marechal-Joffre, 92340 Bourg-la-Reine, France 
d Service de rhumatologie, hôpital Henri-Mondor, 51, avenue du maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94000 Créteil, France 
e Service de rhumatologie, hôpital universitaire d’Amiens, place Victor-Pauchet, 80054 Amiens, France 
f Département de médecine générale, UFR de Créteil, 8, rue du Général-Sarrail, 94010 Créteil, France 
g Service de rhumatologie, hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le traitement de l’ostéoporose par les bisphosphonates peut conduire à une réduction importante des taux de fractures. Toutefois, l’efficacité des bisphosphonates est limitée par la mauvaise persistance des patientes à poursuivre leur traitement. L’introduction de formes à administration hebdomadaire a été associée à une meilleure observance du traitement.

Objectifs

Cette étude de modélisation a été conçue pour estimer le gain en matière de persistance associé à un traitement mensuel et son impact sur les taux de fractures.

Méthodes

Les taux de traitement de l’ostéoporose et les taux de persistance à ces traitements ont été obtenus à partir de données sur les prises hebdomadaires et quotidiennes de bisphosphonates extraites d’un panel de médecins généralistes français et pour la prise mensuelle de bisphosphonates à partir d’une base de données des filières de soins intégrés aux États-Unis (managed care). Les analyses de survie ont été utilisées pour évaluer la persistance. Les taux de fractures, d’hospitalisations et de surmortalité ont été appliqués en se basant sur des données issues d’essais cliniques et de données épidémiologiques.

Résultats

En utilisant un schéma thérapeutique à prise mensuelle, la réduction du risque de fractures vertébrales et non vertébrales, comparée à des sujets non traités, a été estimée à 21,2 et 9,5 % respectivement. La réduction du risque d’hospitalisation a été estimée à 17 % et la réduction de la mortalité à 18,1 %. Ces réductions sont environ 60 % plus importantes que les estimations faites avec une prise quotidienne de bisphosphonates et 25 % plus élevées qu’avec un traitement hebdomadaire.

Conclusion

Ce modèle soutient la notion qu’une meilleure persistance au traitement notamment associée à une prise mensuelle des bisphosphonates pourrait avoir un impact significatif sur le taux des fractures ostéoporotiques, ainsi que sur les hospitalisations et la surmortalité qui en découlent.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Ostéoporose, Risque de fracture, Ibandronate, Mortalité, Étude de modélisation

Keywords : Osteoporosis, Fracture risk, Ibandronate, Mortality, Modelling study


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais sa référence anglaise dans le même volume de Joint Bone Spine.


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 3

P. 280-288 - mars 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Validation de la version française du questionnaire Disability of the Arm, Shoulder and Hand (DASH)
  • Fouad Fayad, Marie-Martine Lefevre-Colau, Yann Macé, Jacques Fermanian, Anne Mayoux-Benhamou, Alexandra Roren, François Rannou, Agnès Roby-Brami, Vincent Gautheron, Michel Revel, Serge Poiraudeau
| Article suivant Article suivant
  • Un mode de découverte inhabituel d’hyperparathyroïdie primitive : hypercalcémie majeure et tumeurs brunes multiples
  • Anne Jouan, Laurent Zabraniecki, Véronique Vincent, Elsa Poix, Bernard Fournié

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.