Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Histiocytose langerhansienne chez l’enfant - 14/09/21

Childhood Langerhans cell histiocytosis

Doi : 10.1016/j.perped.2021.07.014 
S. Héritier a, b, , J. Donadieu a, b
a Faculté de médecine, Sorbonne université, 75013 Paris, France 
b Service d’hématologie oncologie pédiatrique, centre de référence des histiocytoses, hôpital Armand-Trousseau, AP–HP, 75012 Paris, France 

Auteur correspondant : Service d’hématologie oncologie pédiatrique, centre de référence des histiocytoses, hôpital Armand-Trousseau, AP–HP, 75012 Paris, France.Service d’hématologie oncologie pédiatrique, centre de référence des histiocytoses, hôpital Armand-Trousseau, AP–HPParis75012France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’histiocytose langerhansienne est une maladie relativement rare, mais intéresse un grand nombre de pédiatres en raison de sa large expression clinique et sa prédominance pédiatrique. Les principaux organes atteints sont l’os, la peau et l’hypophyse, mais quasiment tous les organes peuvent l’être. Le diagnostic repose sur la biopsie d’un tissu atteint ; et après un bilan initial, une stratégie thérapeutique et de suivi est définie. La prise en charge repose, souvent, sur une simple surveillance éventuellement associée à un traitement local ou symptomatique. Dans un peu plus de la moitié des cas, une chimiothérapie systémique de première ligne, associant vinblastine et corticoïdes, est indiquée. Bien tolérée, elle permet très fréquemment un contrôle de la maladie, sauf dans les formes sévères du jeune nourrisson avec atteinte des organes à risque (rate, foie, système hématopoïétique) où, dans près de la moitié des cas, un traitement de rattrapage par thérapie ciblée est nécessaire. Ces nouvelles thérapies posent le problème de n’avoir qu’un effet suspensif avec, le plus souvent, une réactivation de la maladie à leur arrêt. Du fait du faible recul sur leur utilisation, leur prescription doit être validée en réunion de concertation pluridisciplinaire nationale et un suivi spécifique est nécessaire. Avec un taux de mortalité actuel inférieur à 1 %, le pronostic a bénéficié des progrès liés aux nouvelles connaissances moléculaires, mais la prévention des séquelles en particulier de l’atteinte neurodégénérative reste un point crucial.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Langerhans cell histiocytosis (LCH) is a relatively rare disease, but is of interest to a large number of pediatricians because of the wide clinical expression of this disease and its pediatric predominance. LCH can affect nearly all organ systems, but those more frequently affected in childhood LCH are the bones, skin, and the pituitary gland. The diagnosis of LCH should always be based on the histological examination of a biopsy of lesional tissue. After initial screening tests, management is often based on adapted monitoring, possibly associated with local or symptomatic treatment. For 55% of cases, first-line systemic chemotherapy combining vinblastine and corticosteroids is indicated. When treatment is well tolerated, the disease can be controlled in most patients, except in severe multisystemic presentations that affect young infants where salvage treatment by targeted therapy is necessary in nearly half of cases. However, most children experience reactivation of LCH after targeted therapy discontinuation and this therapy should be closely monitored. The current mortality rate below 1% has significantly decreased thanks to progress based on recent molecular knowledge; however, the prevention of sequelae, especially neurodegeneration, remains a crucial issue.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Histiocytose langerhansienne, Enfant, Suivi, Chimiothérapie, Thérapie ciblée

Keywords : Langerhans cell histiocytosis, Children, Management, Cytotoxic chemotherapy, Targeted therapy


Plan


© 2021  Société Française de Pédiatrie (SFP). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 4 - N° 3

P. 248-256 - septembre 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Naître avec une cardiopathie congénitale en France en 2021 : quelle prise en charge pour quel pronostic ?
  • C. Ovaert, V. Fouilloux
| Article suivant Article suivant
  • Une histoire de petit poids de naissance
  • I. El Jaafari, C. Fontaine, A. Delval, P. Tourneux

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.