Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Nocardia et nocardiose - 14/09/21

[8-037-K-10]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(21)43734-8 
F. Vautrin a, D. Lebeaux c, d, E. Bergeron a, D. Blaha a, D. Mouniée a, V. Rodriguez-Nava a, b,
a Groupe de recherche bactéries pathogènes opportunistes et environnement, Université Claude-Bernard Lyon 1, Université de Lyon, UMR CNRS 5557 écologie microbienne, VetAgroSup, 8, avenue Rockefeller, 69373 Lyon cedex 08, France 
b Institut des agents infectieux, Observatoire français des nocardioses, 103, Grande rue de la Croix-Rousse, 69317 Lyon cedex 04, France 
c Service de microbiologie, Unité mobile d'infectiologie, Hôpital européen Georges-Pompidou, AP-HP, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France 
d Université de Paris, 75006 Paris, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Wednesday 15 September 2021

Résumé

La nocardiose est une infection localisée ou disséminée, qui résulte généralement de l'inhalation des bactéries ou, plus rarement, d'une inoculation transcutanée. Elle affecte principalement les patients immunodéprimés mais 10 à 20 % des patients ne présentent pas de facteur favorisant connu. En France, les principales espèces responsables des nocardioses invasives sont Nocardia farcinica, Nocardia abscessus complex, Nocardia nova complex et Nocardia cyriacigeorgica, responsables de 13 à 20 % des infections chacune. Le mycétome constitue un cas particulier d'atteinte cutanée et sous-cutanée primitive chronique, observé en régions tropicales et subtropicales, qui est souvent causé par Nocardia brasiliensis. Le cotrimoxazole (combinaison du triméthoprime et du sulfaméthoxazole) demeure l'antibiotique de choix pour toutes les formes cliniques de Nocardia. Une association de cotrimoxazole avec une ou deux molécules parmi l'amikacine, la ceftriaxone (ou le céfotaxime) et l'imipénème est fréquemment proposée pour les patients atteints d'une nocardiose disséminée avec atteinte cérébrale. Le linézolide offre une option supplémentaire qui peut être associé à une bêtalactamine, compte tenu de son activité clinique contre toutes les espèces de Nocardia. Les formes cutanées primitives nécessitent un traitement d'au moins 3 mois ; les formes pulmonaires imposent classiquement un traitement de 4 à 6 mois ; les formes cérébrales sont souvent traitées 12 mois.


Mots-clés : Nocardia, Nocardiose, Mycétome, Immunodépression, Antibiotiques, Environnement


Plan


 Les annexes indiquées dans ce PDF sont présentes dans la version étendue de l'article disponible sur www.em-consulte.com/.


© 2021  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article suivant Article suivant
  • Classification et modes de transmission des virus humains
  • H. Agut, S. Burrel, D. Boutolleau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.