Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les cyberviolences sexuelles sur mineurs : ni classification psychiatrique, ni catégorie pénale - 09/11/21

Sexual cyberviolences perpetrated on minors in France: Neither psychiatric classification, nor criminal category

Doi : 10.1016/j.sexol.2021.05.005 
C. Le Bodic , G. Garnier, F. Renaudin
 CRIAVS Pays de la Loire, SMPR, CHU de Nantes, Nantes, France 

Auteur correspondant. Service médico-psychologique régional, centre ressource pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles, hôpital Saint-Jacques, CHU de Nantes, 85, rue de l’Hôpital, 44093 Nantes, France.Service médico-psychologique régional, centre ressource pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles, hôpital Saint-Jacques, CHU de Nantes85, rue de l’HôpitalNantes44093France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Cet article vise à interroger la thématique des cyberviolences sexuelles sur mineurs. Sous cette appellation, se trouvent réunies de multiples infractions comprenant la pédopornographie, présentant elle-même de multiples facettes, ainsi que d’autres types de faits. Si les travaux de recherches anglophones sont plus anciens et quantitativement plus importants, les publications francophones sur le sujet s’avèrent relativement peu nombreuses, tendant parfois à le traiter de manière générale. Il en ressort aussi la mise en avant d’actes nouveaux, présentant une particularité.

Méthode

Il s’agit ici de revenir sur la littérature scientifique francophone et sur les textes de droit afin de relever les effets de ces infractions, tant sur le droit pénal et les jugements que sur les approches psychopathologiques. Autrement dit, il est question d’interroger la spécificité décrite par les auteurs et de voir ce qu’elle engage dans les prises en charge thérapeutiques.

Résultats

L’accent mis sur la pédopornographie et les téléchargeurs pourrait laisser penser une forme d’homogénéité des pratiques. De même, il pourrait être tentant de croire que l’intérêt sexuel pour les enfants, soit la pédophilie, constitue leur motivation première. L’article montre cependant la nécessité d’établir des programmes de recherches structurés permettant de définir plus clairement l’ensemble des pratiques sexuelles illégales permises par Internet et d’appréhender par des données objectives les profils des auteurs, en réunissant notamment des informations sociodémographiques, mais aussi psychopathologiques. L’absence de telles informations conduisant finalement à entretenir une certaine nébuleuse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

This article aim to question the thematic of sexual cyberviolences perpetrated on minors. Under this designation, are reunited multiple infractions such as pedopornography, presenting with many facets, as well as other types of facts. Though the english-speaking researches are older and numerous, there are only few French publications on the subject, and tend to address the topic in a general way. It puts an emphasis on newer acts which present a specific feature.

Method

We must come back to French scientific literature and to the law in order to reveal these infractions’ effects on criminal law and judgements as well as on psychopathologic approaches. In other words, we must interrogate the specific feature described by the perpetrators and the impact it has on therapeutic care and treatment.

Results

The emphasis put on pedopornography and downloaders may suggest a form of homogeneity of customs. At the same time, it might suggests that sexual interest for children, known as pedophilia, constitute their main motivation. However, the article demonstrates the necessity to establish structured research programs aiming to define in a more specific way the set of illegal sexual practices allowed by the Internet and comprehend with unbiased data perpetrators’ profiles by reuniting sociodemographic and psychopathological informations. The lack of such information maintains a clouded perception.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cyberviolence sexuelle, Mineurs, Pédopornographie, Droit, Psychopathologie

Keywords : Sexual cyberviolences, Minors, Pedopornography, Law, Psychopathology


Plan


© 2021  Sexologies. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 4

P. 235-241 - décembre 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Editorial Board
| Article suivant Article suivant
  • Enfance et comportements sexuels problématiques : différences observées à la suite d’une psychothérapie d’approche cognitive comportementale
  • C. Pitre, I. Daignault, M. Tourigny

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.