Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Électrophysiologie des préexcitations ventriculaires - 01/12/21

[11-033-F-10]  - Doi : 10.1016/S1166-4568(21)45429-X 
R. Frank , X. Waintraub, G. Duthoit, E. Gandjbakhch, N. Badenco, F. Hidden Lucet
 Unité de rythmologie, Département de cardiologie, Institut de cardiologie, CH Pitié-Salpêtrière, 47-83, boulevard de l'Hôpital, 75651 Paris cedex 13, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 12
Iconographies 22
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

On définit comme préexcitation toute situation anatomique où la transmission de l'influx atrial aux ventricules est plus rapide que si elle passait par la voie nodohisienne normale. Ce sont des anomalies congénitales, voies accessoires dont les plus fréquentes sont celles atrioventriculaires, totalement indépendantes de la voie normale, dénommées « faisceau de Kent », en général responsables du syndrome de Wolf-Parkinson-White. Il est caractérisé par un espace PR court et le début lent de l'activation, comparable à l'onde delta majuscule de l'alphabet grec. Il peut s'agir aussi de circuits plus rares, entre la voie nodohisienne et l'oreillette ou le ventricule. Ces courts-circuits se compliquent de tachycardies dites « jonctionnelles », par réentrée, où l'activation tourne entre la voie normale et la voie accessoire, et parfois induit une fibrillation atriale. Lorsque la voie accessoire a une période réfractaire très courte, les influx de très haute fréquence conduisent aux ventricules des rythmes très rapides, à l'origine d'exceptionnelles morts subites par fibrillation ventriculaire. Le seul problème clinique est la découverte d'une préexcitation asymptomatique, dont il faut évaluer ce risque de mort subite, le plus souvent par une exploration électrophysiologique. Le traitement dépend de la gêne fonctionnelle et du risque vital. C'est l'abstention pour une voie accessoire asymptomatique avec une conduction atrioventriculaire à période réfractaire longue. En revanche, en cas de période réfractaire inférieure à 250 ms, ou de tachycardies, plutôt qu'un traitement pharmacologique préventif permanent, l'ablation de la voie accessoire, principal traitement depuis les années 1990, permet une vraie guérison pour le patient.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Syndrome de Wolff-Parkinson-White, Préexcitations, Tachycardies supraventriculaires, Médicaments antiarythmiques, Ablations


Plan


© 2021  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Tachycardies ventriculaires
  • B. Brembilla-Perrot
| Article suivant Article suivant
  • Fibrillation auriculaire
  • B. Brembilla-Perrot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.