Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Chlamydia trachomatis et mycoplasmes génitaux : quelles conséquences maternofœtales ? - 24/12/21

[5-041-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0335(21)50206-3 
E. Martin : Docteur en médecine, gynécologie médicale, P. Judlin : Professeur des Universités, praticien hospitalier, gynécologie-obstétrique, O. Morel : Professeur des Universités, praticien hospitalier, gynécologie-obstétrique, E. Gauchotte  : Docteur en médecine, praticien hospitalier, gynécologie-obstétrique
 Maternité régionale universitaire, CHRU de Nancy, 10, avenue du Dr-Heydenreich, 54000 Nancy, France 

Auteur correspondant.

Résumé

La prévalence de l'infection à Chlamydia trachomatis chez la femme enceinte a été évaluée à 2,5 %, et le nombre de personnes diagnostiquées pour une infection à C. trachomatis ne cesse d'augmenter ces dernières années. Le risque de transmission au nouveau-né au moment de l'accouchement est estimé entre 50 et 70 %, entraînant des conjonctivites et pneumopathies néonatales. Les résultats de la littérature divergent concernant le rôle d'une infection à C. trachomatis et les conséquences obstétricales défavorables. Il y aurait une association statistiquement significative entre infection à C. trachomatis, fausse couche spontanée, rupture prématurée des membranes avant terme et endométrite du postpartum. Parmi les mycoplasmes, Mycoplasma genitalium est le seul sexuellement transmissible et dont le rôle pathogène est clairement établi. L'importance des autres mycoplasmes génitaux dans les complications obstétricales est débattue depuis des années puisque plusieurs espèces de mycoplasmes génitaux font partie du microbiote vaginal normal (Mycoplasma hominis et Ureaplasma spp.). La colonisation par Ureaplasma urealyticum et M. hominis est retrouvée chez 20 à 40 % des nouveau-nés, et est responsable de dysplasie bronchopulmonaire et de troubles du développement neurologique. Sur le plan obstétrical, il y aurait une association statistiquement significative entre infection endocervicale à mycoplasme et fausse couche spontanée et U. urealyticum serait un facteur de risque indépendant d'infection intra-utérine et d'accouchement prématuré.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Chlamydia trachomatis, Mycoplasmes génitaux, Rupture prématurée des membranes avant terme, Fausse couche spontanée, Accouchement prématuré, Infection néonatale


Plan


© 2021  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Infection bactérienne maternofœtale (hors listériose)
  • K. Morcel, V. Lavoué, L. Vandenbroucke, L. Damaj, L. Lassel, H. Isly, J. Minet, P. Pladys, P. Poulain
| Article suivant Article suivant
  • Nutrition et femme enceinte
  • J.-M. Ayoubi, R. Hirt, W. Badiou, I. Hininger-Favier, M. Favier, F. Zraik-Ayoubi, A. Berrebi, J.-C. Pons

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.