Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Conflit en situation de limitation ou d’arrêt de traitement en réanimation - 11/01/22

Conflict after withholding and withdrawing treatment decisions in intensive care unit

Doi : 10.1016/j.anrea.2021.10.008 
Fabrice Michel 1, 2, , Frédérique Claudot 3, Benoit Veber 4

Comité Éthique de la SFAR

Elodie Brunel 5, Valérie Gateau 5, Caroline Guibet Lafaye 5, Stanislas Kandelman 5, Florence Lallemant 5, Anne Le Boudec 5, Matthieu Ledorze 5, Laurent Muller 5, Karine Nouette-Gaulain 5, Pierre-François Perrigault 5, Nadège Rutter 5, Emmanuel Samain 5, Gérald Visquesnel 5, Luca Zilberstein 5
5 France 

1 AP–HM, hôpital Timone, service d’anesthésie et réanimation pédiatrique, 13005 Marseille, France 
2 Aix-Marseille université, hôpital de la Timone, espace éthique méditerranéen, EFS - CNRS, UMR 7268 ADES, 13005 Marseille, France 
3 Université de Lorraine, EA 4360, APEMAC, 54500 Vandœuvre-Lès-Nancy, France 
4 CHU de Rouen, 1, rue de Germont, 76031 Rouen cedex, France 

Fabrice Michel, AP–HM, hôpital Timone, service d’anesthésie et réanimation pédiatrique, 13385 Marseille, France.AP–HM, hôpital Timone, service d’anesthésie et réanimation pédiatriqueMarseille13385France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Dans la majorité des cas, les décisions de limitation ou d’arrêt de traitement en réanimation sont prises en accord avec la famille du patient. Néanmoins, il arrive que la famille ne soit pas d’accord avec le projet de soins. Cette situation amène alors des discussions et des questionnements éthiques qui permettent avec le temps de faire émerger une solution. Mais ce désaccord peut aussi évoluer vers un vrai conflit. Plusieurs affaires médiatisées et judiciarisées ces dernières années nous ont montré à quel point ces conflits pouvaient être destructeurs et combien il est important d’empêcher la judiciarisation. Pour éviter l’escalade, il est nécessaire de comprendre les raisons de ces conflits, leur origine et ce qui les favorise. Il faut également sortir du questionnement « qui décide pour le patient qui n’est pas en mesure d’exprimer sa volonté ? », opposant famille et corps médical. La question n’est pas « qui », mais « comment ». Les soignants doivent se positionner en aidants, et établir une relation de confiance. En écoutant et en accompagnant les proches, ils doivent avoir pour objectif commun de s’accorder sur une décision qui réponde au mieux à ce qu’aurait souhaité le patient ou, en pédiatrie, à ce que des parents considèrent comme acceptable pour leur enfant et qu’ils soient capables de supporter. L’établissement de cette relation de confiance nécessite une implication forte des soignants dans la relation, la connaissance des enjeux communicationnels, ainsi que le respect d’une temporalité propre à chaque cas.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Most of withholding or withdrawing treatment decisions in intensive care unit are made in agreement with families. However, sometimes, family opposes to the plan of care. This situation leads to discussions and ethical questions, which allow over time to bring out a solution. But sometimes, this disagreement will be persistent and evolve into a real conflict. Several cases that have been publicised and brought to court in recent years have shown us how destructive these conflicts can be and how important it is to try everything to prevent legal proceedings. To avoid escalation, it is necessary to understand the reasons for these conflicts, their origin and what favours them. It is also necessary to get out of the questioning, “who decides for the patient who is not able to express his will ?” by opposing family and doctors, the question is not “who”, but “how”. Doctors and nurses must position themselves as caregivers. By listening to and accompanying families, they must aim to reach a common decision that best meets what the patient would have liked or, in paediatrics, what parents consider acceptable for their child and that they are able to endure. The establishment of this relationship of trust requires a strong involvement of caregivers in the relationship, knowledge of communication issues, as well as respect for a temporality specific to each case.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Limitation et arrêt de traitements, Conflits, Proches, Réanimation, Communication

Keywords : Withdrawing and withholding treatments, Conflict, Relatives, Intensive care, Communication


Plan


© 2021  Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 8 - N° 1

P. 18-26 - janvier 2022 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le Collège National des Enseignants d’Anesthésie et de Réanimation (CNEAR)
  • Pierre Bouzat, Adrien Bougle, Matthieu Jabaudon, Bertrand Dureuil, Etienne Gayat, Fanny Bounes, Thomas Clavier, Guillaume Besch, Gérald Chanques, Marc-Olivier Fischer, Denis Frasca, Gilles Orliaguet, Mathieu Raux, Emmanuel Samain, Alexy Tran-Dinh, Benoît Plaud, Lionel Velly, Benoît Veber, Julien Pottecher, Collège National des Enseignants d’Anesthésie et de Réanimation (CNEAR)
| Article suivant Article suivant
  • Réversion des curares par la néostigmine : cohorte prospective française évaluant l’utilisation de l’atropine
  • Amandine Gruel, Margot Smirdec, Sébastien Cambier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.