Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Jules Renaux (1887–1942), Léon-Paul Pruvost (1887–1938), Félix Guillot (1892–1930), Jacques Tison (1881–1961) et Jean-Maurice Durand-Saladin (1893–1964) : des médecins directeurs ou adjoints à la maison de santé de Suresnes fondée par Gustave Bouchereau (1835–1900), Gustave Lolliot (1837–1882) et Valentin Magnan (1835–1916) en 1875 - 13/01/22

Jules Renaux (1887–1942), Léon-Paul Pruvost (1887–1938), Félix Guillot (1892–1930), Jacques Tison (1881–1961) and Jean-Maurice Durand-Saladin (1893–1964): Directors or assistants at the Suresnes health center founded by Gustave Bouchereau (1835–1900), Gustave Lolliot (1837–1882) ans Valentin Magnan (1835–1916) en 1875

Doi : 10.1016/j.amp.2021.12.015 
Denis Tiberghien a, b,
a Université Paris-Saclay, hôpital Raymond-Poincaré, neurologie et réanimation pédiatrique, AP-HP, Garches, France 
b Centre hospitalier Théophile-Roussel, 1, rue Philippe-Mithouard, 78363 Montesson, France 

Correspondance.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Thursday 13 January 2022

Résumé

En 1875, les premiers patients entrent à la maison de santé de Suresnes fondée par Gustave Bouchereau (1835–1900), Gustave Lolliot (1835–1882) et Valentin Magnan (1833–1916). Le deuxième de ses fondateurs en a été le premier médecin directeur. À son décès, G. Bouchereau et V. Magnan n’avaient aucune activité médicale dans cet établissement. lls font appel à différents médecins qui occupent soit le poste de médecin directeur soit de médecin adjoint : Honoré Saury (1854–1924), Léon Victor Revertégat (1875–1938), Gabriel Jacques (1860–1914), Jules-Albert Baronnet (1852–1914), Jean-Maurice Sardain (1876–1961) et Amable-Clovis Crété (1875–1934). En 1916, Alfred Fillassier (1871–1953), gendre de V. Magnan, prend en main la destinée de cet établissement. Des médecins viendront le seconder. Le premier d’entre eux, Jules Pierre Paul Renaux (1887–1942), s’aventurera dans une carrière politique en se présentant à une élection sénatoriale partielle sous l’étiquette radical-socialiste. De par son engagement politique à gauche et son appartenance à la franc-maçonnerie, il sera victime de la politique du régime de Vichy alors qu’il exerçait dans un établissement public. Vers 1920, Léon Paul Hector Pruvost (1887–1938) lui succède. Après un temps à la maison de santé de Suresnes, L Pruvost ira exercer au sanatorium de Rueil-Malmaison fondé au début du XXe siècle par Louis Bour (1876–1944) et André Antheaume (1867–1927). Puis Félix Victor André Guillot (1892–1930) et Jean-Maurice Durand-Saladin (1893–1964) travaillèrent au côté d’A. Fillassier. Dans les années où l’électrochoc entrait dans l’arsenal thérapeutique des psychiatres, on compte parmi les médecins Jacques Tison (1881–1958) qui avait une grande connaissance de l’appareil d’Ombredanne. Quand A. Fillassier décède en 1953, J.-M. Durand-Saladin poursuit son activité avec Jean-Noël Péron-Magnan (1898–1967), petit-fils de V. Magnan. Seuls J. Renaux et J.-M. Durand-Saladin ont été membre de la société clinique de médecine mentale en 1908 et de la Société Médico-Psychologique en 1935.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

In 1875, the first patients were admitted in the private nursing home for psychiatric ill founded by Gustave Bouchereau (1835–1900), Gustave Lolliot (1835–1882) and Valentin Magnan (1833–1916). The second of its founders was the first medical director. G. Bouchereau and V. Magnan had no medical activity in this establishment. When G. Lolliot died, other doctors have been medical director or physician assistant: Honoré Saury (1854–1924), Léon Victor Revertégat (1875–1938), Gabriel Jacques (1860–1914), Jules-Albert Baronnet (1852–1914), Jean-Maurice Sardain (1876–1961) and Amable-Clovis Crété (1875–1934). In 1916, Alfred Fillassier (1871–1953), son-in-law of V. Magnan, served as medical director but he was necessary for him to have help of another doctors. The first of them was Jules Pierre Paul Renaux (1887–1942) who ventured into a political career by standing in a senatorial by-election; he was a membership of the Radical-Socialist party. J. Renaux had been a victim of the policy conducted by the Vichy govemment led by Philippe Pétain because he was not only in favour a left-wing govemment but also a membership in Freemasonry, In the 1920s, Léon Paul Hector Pruvost (1887–1938) succeeded him. Later, L Pruvost worked in the Rueil-Malmaison sanatorium founded by Louis Bour (1876–1944) and André Antheaume (1867–1927) in the early 20th century. Félix Victor André Guillot (1892–1930) and Jean-Maurice Durand-Saladin (1893–1964) have also worked with A. Fillassier. At the time, we starded the electroshock, Jacques Tison (1881–1958) worked with them; he had a great knowledge of the Ombredanne's apparatus. When A. Fillassier died in 1953, J.-M. Durand-Saladin continued his activity with Jean-Noël Péron-Magnan (1898–1967) grandson of V. Magnan. By re-reading their work and resuming their careers, we note that only J. Renaux and J.-M Durand-Saladin were members of the clinical society of mental medicine in 1908 and of the medico-psychological society in 1935.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maison de santé privée, Histoire de la psychiatrie, Société Médico-Psychologique

Keywords : History of psychiatry, Private nursing home for insane, Société Médico-Psychologique


Plan


© 2021  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.