Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Suggestibility, Facebook use and relationship with substance addictive behaviors - 14/01/22

La suggestibilité, l’utilisation de Facebook et leur relation avec la consommation de substances

Doi : 10.1016/j.encep.2021.10.001 
B. Chapoton a, E. Sarda f, F. Tinquaut b, L. Bègue c, A. Chirain d, G. Brousse d, e, F. Chauvin a, V. Flaudias d, f,
a HeSPeR EA 7425, university Lyon, université Saint-Etienne, 42023 Saint-Etienne, France 
b Centre Hygée, public health department of Lucien Neuwirth cancer institute, 42270 Saint Priest en Jarez, France 
c LIP/PC2S, université Grenoble-Alpes, 38400 Grenoble, France 
d Pôle psychiatrie, CHU Clermont-Ferrand, 63001 Clermont-Ferrand, France 
e EA NPsy-Sydo, université Clermont-Auvergne, université d’Auvergne, 63000 Clermont-Ferrand, France 
f LPPL, Université de Nantes, 44312 Nantes, France 

Corresponding author at: Pôle psychiatrie, CHU Clermont-Ferrand, 63001 Clermont-Ferrand, France.Pôle psychiatrie, CHU Clermont-FerrandClermont-Ferrand63001France
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Friday 14 January 2022

Abstract

Objective

Several health issues related to the us of social networking sites (SNS) are documented. One concept that is not clearly studied is suggestibility as the tendency of a person to accept and internalize communication. The aim of the study is to test a model in which suggestibility of people can predict SNS use, which in turn can predict substance use.

Methods

Participants answered a questionnaire measuring suggestibility, alcohol consumption, dependence to nicotine and Facebook use. Linear regression and a structural equation model (SEM) were carried out to assess which utilization of Facebook variables explained best the level of alcohol consumption or nicotine dependence and to assess how suggestibility predicted Facebook use.

Results

Linear regression analyses indicate that only the number of friends on Facebook is a predictor of the level of alcohol consumption (P<0.001). Suggestibility predict the frequency of Facebook use (P<0.001) and of the number of friends on Facebook (P=0.022). The SEM demonstrates that participants with a higher level of suggestibility have more friends on the SNS, which can influence substance consumption.

Conclusion

Individuals’ level of suggestibility affects Facebook use. People with a higher level of suggestibility are more likely to have many friends on the SNS resulting in a possible environmental influence on substance use.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

De plus en plus de personnes utilisent les réseaux sociaux pour partager et échanger des informations. Cette augmentation considérable a conduit les chercheurs à se demander si l’utilisation des réseaux sociaux peut influencer la santé des utilisateurs. Certaines études montrent, par exemple, que l’utilisation de Facebook est associée à des problématiques telles que l’anxiété, la dépression, l’image corporelle, la consommation d’alcool ou encore l’addiction aux réseaux sociaux. Il est ainsi important d’avoir une meilleure compréhension des processus psychologiques impliqués dans l’utilisation des réseaux sociaux et la consommation de substances. Un concept qui n’a pas été explicitement étudié est la suggestibilité, qui peut être définie comme la tendance d’une personne à accepter et à intérioriser la communication. La suggestibilité a, par exemple, été étudiée pour définir dans quelle mesure les personnes seraient réceptives aux techniques d’hypnose. Une étude a déjà montré une relation positive entre l’engagement des consommateurs dans les réseaux sociaux et leur suggestibilité à l’influence de la consommation. De plus, certaines études semblent suggérer que la consommation d’alcool et de tabac peut réduire l’efficacité du cortex préfrontal, pouvant, par la suite, augmenter la suggestibilité. Cependant, les études prenant en compte à la fois la suggestibilité, l’utilisation de réseaux sociaux et les comportements addictifs sont rares. Dans cette étude, nous testons un modèle dans lequel la suggestibilité des personnes peut prédire l’utilisation de Facebook, qui, à son tour, peut prédire la consommation de substances.

Méthode

Deux cent soixante-treize participants ont répondu à un questionnaire anonyme en ligne. Ce questionnaire mesurait la suggestibilité (Short Suggestibility Scale [SSS], la consommation d’alcool (version française en 10 items de l’échelle Alcohol Use Disorders Identification Test (AUDIT), la dépendance à la nicotine (version française en six items de l’échelle Fagerström Test for Nicotine Dependence) et l’utilisation de Facebook (trois questions concernant le temps passé par jour sur Facebook, le nombre d’amis sur Facebook et le nombre d’accès par jour sur Facebook). Une régression linéaire et un modèle d’équation structurelle (SEM) ont été effectués pour évaluer quelle variable relative à l’utilisation de Facebook expliquait le mieux le niveau de consommation d’alcool ou de dépendance à la nicotine et également pour évaluer si la suggestibilité prédisait l’utilisation de Facebook.

Résultats

Les analyses de régression linéaire montrent que seul le nombre d’amis de Facebook est positivement lié à la consommation d’alcool (p<0,001). De plus, un niveau élevé de suggestibilité prédisait la fréquence d’utilisation de Facebook (p<0,001), ainsi que le nombre d’amis sur Facebook (p=0,022). Enfin, le modèle d’équation structurelle montre que l’activité sur Facebook peut augmenter directement l’abus d’alcool (p<0,001). En revanche, la suggestibilité n’a pas d’effet direct sur l’abus d’alcool (p=0,61), mais elle favorise l’utilisation de Facebook et a donc un effet indirect sur l’abus d’alcool (p=0,007).

Conclusion

L’objectif principal de cette étude était d’analyser si la suggestibilité pouvait prédire l’utilisation de Facebook qui, à son tour, pouvait prédire la consommation de substances. Nos résultats suggèrent que le niveau de suggestibilité influence l’utilisation de Facebook, mais que la suggestibilité n’est pas directement impliquée dans la consommation de substances. Plus précisément, les personnes ayant un niveau de suggestibilité plus élevé sont plus susceptibles d’avoir de nombreux amis sur Facebook, ce qui peut avoir une influence sur la consommation d’alcool (mais non de tabac).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Social network sites, Addiction, Tobacco, Alcohol, Behaviors

Mots clés : Réseaux sociaux, Dépendance, Tabac, Alcool, Comportements


Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.