Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Traitement de l'incontinence anale - 07/03/22

[9-087-G-40]  - Doi : 10.1016/S1155-1968(22)89542-0 
H. Damon a, b, , F. Mion a
a Service de physiologie digestive, Hospices Civils de Lyon, Hôpital Édouard-Herriot, place d'Arsonval, 69437 Lyon, France 
b Clinique de l'infirmerie protestante, 3, chemin du Penthod, 69300 Caluire et Cuire, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Dans le cadre de l'incontinence anale (IA), les moyens thérapeutiques à notre disposition sont nombreux. Tout d'abord, les traitements non chirurgicaux reposent sur le traitement médical, les conseils hygiénodiététiques et la rééducation périnéale. Le traitement médical a pour but de régulariser le transit intestinal. La recherche d'erreurs diététiques éventuelles est systématique. La rééducation périnéale comporte de multiples protocoles, le taux de succès varie de 50 à 90 %. L'électrostimulation transcutanée du nerf tibial postérieur peut, dans certains cas, apporter une amélioration clinique significative, en particulier dans le cadre des urgences défécatoires. Les traitements chirurgicaux sont envisagés uniquement en cas d'échec de la prise en charge médicale et de la rééducation. La sphinctérorraphie garde certaines indications, néanmoins, ces résultats semblent se dégrader avec le temps. La graciloplastie dynamisée est discutée dans le cadre de l'incontinence avec rupture sphinctérienne étendue, non accessible à une éventuelle réparation. Le sphincter anal artificiel n'est actuellement plus pris en charge par l'assurance maladie pour l'IA. Elle a tout d'abord été développée dans le cadre de l'incontinence urinaire par instabilité vésicale. Chez les patients présentant une IA sévère, la neuromodulation des racines sacrées (NMRS) permet une amélioration clinique significative dans 75 à 90 % des patients implantés de façon définitive. Ses indications, tout d'abord réservé à l'IA idiopathique, tend à s'élargir à d'autres étiologies de l'IA, en particulier une rupture sphinctérienne n'est actuellement plus considérée comme une contre-indication à la NMRS. En dernier recours, la colostomie peut se révéler une alternative.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Traitement, Incontinence anale, Neuromodulation des racines sacrées, Rééducation, Sphinctérorraphie


Plan


© 2022  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Physiopathologie, épidémiologie et facteurs de risque de l'incontinence anale
  • H. Damon, F. Mion
| Article suivant Article suivant
  • Lymphomes gastro-intestinaux
  • A. Ruskoné-Fourmestraux, B. Fabiani, J.-F. Flejou, G. Malamut, C. Thieblemont

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.