Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Œdème palpébral révélant une maladie de Kikuchi - 28/04/08

Doi : AD-11-1999-126-11-0151-9638-101019-ART10 

M. Roger [1],

C. Hopfner [2],

G. Loiselet [3],

E. Libbrecht [1],

J.M. Bressieux [4],

A. Fur [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 1
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Introduction

La maladie de Kikuchi ou lymphadénite histiocytaire nécrosante s'accompagne dans 30 p. 100 des cas de manifestations cutanées polymorphes et non spécifiques. Nous en rapportons une observation originale au cours de laquelle un œdème palpébral bilatéral a constitué le symptôme initial.

Observation

Une jeune fille de 18 ans était hospitalisée pour une fièvre à 38,7 °C, des polyarthralgies, des adénopathies cervicales, un œdème palpébral majeur qui avait inauguré la maladie 4 jours auparavant. Le reste de l'examen clinique était normal. Il existait une pancytopénie modérée, un syndrome inflammatoire discret, une cytolyse hépatique. Les examens immunologiques, enzymatiques musculaires et thyroïdiens étaient normaux. Les sérodiagnostics : VIH, hépatite B, cytomégalovirus, virus Epstein-Barr, parvovirus B19, trichinose, toxoplasmose étaient négatifs. Le scanner thoracique, l'échographie abdominale, la biopsie ostéomédullaire éliminaient un lymphome. La biopsie ganglionnaire montrait une adénite plurifocale nécrosante avec histiocytes sans polynucléaire, posant le diagnostic de maladie de Kikuchi. L'œdème palpébral rapporté à une inflammation des glandes lacrymales régressait après injections locales de corticoïdes. La symptomatologie générale cédait spontanément en 3 semaines, sans récidive à 4 mois.

Discussion

La maladie de Kikuchi est rare et bénigne, caractérisée par des adénopathies cervicales ou diffuses, dans un contexte fébrile. Le diagnostic est porté grâce à la biopsie ganglionnaire qui montre une adénite histiocytaire nécrosante. L'étiologie demeure inconnue ; de nombreuses causes virales ont été suspectées. Les principaux diagnostics différentiels sont le lupus et le lymphome. Les signes cutanés sont peu décrits dans la littérature. Il s'agit à notre connaissance du premier cas d'œdème palpébral rapporté au cours d'une maladie de Kikuchi. Cet œdème avait précédé les signes généraux et doit faire ajouter la maladie de Kikuchi aux étiologies des œdèmes palpébraux.

Abstract

Eyelid edema revealing Kikuchi's disease.

Introduction

In 30 p. 100 of Kikuchi's disease (or necrotizing histiocytic lymphadenitis), polymorphous and non specific cutaneous manifestations are present. We report herein an original case of Kikuchi's disease in which eyelid edema was the first sign.

Case report

An 18-year-old girl was referred to our department for fever, arthralgia, cervical lymphadenitis and an important eyelid edema which had begun 4 days before. The rest of physical examination was normal. Laboratory tests revealed pancytopenia, elevated sedimentation rate, increased transaminases and normal muscular and thyroid tests. Various serologic studies were also negative. Thoracic CT scan, abdominal ultrasound and bone marrow biopsy showed no sign of lymphoma. Cervical lymph node biopsy revealed necrotizing histiocytic lymphadenitis, without neutrophils, suggesting the diagnosis of Kikuchi's disease. Eyelid edema due to lacrimal gland inflammation was resolved after local injections of cortisone. Our patient recovered without therapy within 3 weeks. No recurrence was observed after 4 months.

Discussion

Kikuchi's disease is rare and benign. It is clinically manifested by cervical or generalized lymphadenopathy, with fever. Diagnosis is made by lymph node biopsy showing necrotizing histiocytic lymphadenitis. The etiology is not yet well known, although a viral cause is often suspected. The main differential diagnoses of Kikuchi's disease are lupus erythematosus and lymphoma. Skin lesions are not well described. To our knowledge, we report herein the first case of eyelid edema revealing Kikuchi's disease. Therefore, Kikuchi's disease should now be considered as a new cause of eyelid edema.


Plan



© 1999 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 126 - N° 11

P. 826 - novembre 1999 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Nécrose cutanée distale, une étiologie inhabituelle : l'hyperhomocystéinémie
  • A.-F. Didier, J.-P. Touraud, E. Collet, S. Dalac, F. Becker, D. Lambert
| Article suivant Article suivant
  • Nævus épidermique dyskératosique et acantholytique : une forme mosaïque de la maladie de Darier ?

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.