Table des matières EMC Démo S'abonner

Physiopathologie, diagnostic biologique et traitement des thrombopénies induites par l'héparine - 29/06/22

[90-20-0215-A]  - Doi : 10.1016/S2211-9698(22)43110-4 
C. Pouplard a, b, , C. Vayne a, b, J. Rollin a, b, Y. Gruel a, b
a Service d'hématologie-hémostase, CHRU de Tours, 2, bd Tonnellé, 37044 Tours cedex, France 
b EA 7501- GICC, Université de Tours, 10, bd Tonnellé, 37037 Tours cedex 1, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Les thrombopénies induites par l'héparine (TIH) sont des complications rares mais sévères des traitements hépariniques dues au développement d'anticorps dirigés contre le facteur 4 plaquettaire (FP4) modifié par l'héparine. Ces anticorps induisent une forte activation des plaquettes mais également des monocytes, des polynucléaires neutrophiles et des cellules endothéliales. Ils sont responsables d'une chute de la numération des plaquettes et d'un risque thrombotique majeur. La surveillance de la numération plaquettaire est un élément clé du suivi des patients sous héparine mais doit se limiter aux patients les plus à risque de TIH, à savoir ceux traités par héparine non fractionnée (HNF), quelle que soit son indication, ou bien ceux recevant une héparine de bas poids moléculaire dans un contexte de cancer, de traumatisme ou de chirurgie. Le diagnostic biologique doit être réalisé le plus précocement possible, à l'aide, en première ligne, d'un test immunologique qui, s'il est positif, est complété par un test fonctionnel. L'évaluation de la probabilité clinique de TIH est un point essentiel dans la démarche diagnostique et guide non seulement la prescription des tests biologiques, mais également la prise en charge thérapeutique des patients. La recherche d'une thrombose veineuse profonde doit systématiquement être réalisée en raison du risque thrombotique élevé chez ces patients. À ce jour, bien que le danaparoïde sodique et l'argatroban restent encore largement utilisés en traitement de substitution à l'héparine, le fondaparinux est une alternative efficace et sûre chez les patients cliniquement stables. Enfin, une utilisation du rivaroxaban a récemment été proposée par les groupes d'experts, préférentiellement chez les patients stables à risque de saignement modéré et en absence de thrombose étendue.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Héparine, Thrombopénie, Thrombose, Anticorps, Facteur plaquettaire 4


Plan


© 2022  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Temps de lyse des euglobulines
  • W. Cohen, M.-C. Alessi
| Article suivant Article suivant
  • Thrombophilie : exploration biologique
  • M. Alhenc-Gelas, L. Darnige

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.