Table des matières EMC Démo S'abonner

Fibrose rétropéritonéale - 12/07/22

[18-090-A-10]  - Doi : 10.1016/S1762-0953(22)45292-7 
F. Audenet a, , D. Joly b, M.-O. Timsit a, A. Méjean a
a Service d'urologie, Hôpital européen Georges-Pompidou, AP-HP, Université Paris-Cité, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France 
b Service de néphrologie adulte, Hôpital Necker, AP-HP, Université Paris-Cité, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

La fibrose rétropéritonéale (FRP) est une maladie rare, caractérisée par la présence d'un tissu fibro-inflammatoire centré sur l'aorte et les vaisseaux iliaques communs, pouvant entraîner une obstruction extrinsèque uni- ou bilatérale de l'uretère. La majorité des FRP est considérée comme idiopathique, en rapport avec des mécanismes immunologiques. La FRP idiopathique a été intégrée dans le spectre de la maladie à immunoglobulines G4 (IgG4), une maladie inflammatoire systémique. Les FRP secondaires peuvent être d'origine tumorale, médicamenteuse ou iatrogène (après radiothérapie ou chirurgie). Par conséquent, la prise en charge initiale d'une FRP nécessite d'évaluer l'atteinte urétérale pour préserver la fonction rénale, éliminer une forme secondaire et rechercher les lésions systémiques éventuellement associées à une maladie à IgG4. La biopsie des lésions rétropéritonéales est souhaitable pour définir le type d'atteinte et adapter la stratégie thérapeutique. Le traitement de la FRP idiopathique repose sur la corticothérapie avec le plus souvent une très bonne efficacité, mais la nécessité d'un traitement d'entretien prolongé. L'obstruction urétérale peut nécessiter un drainage par sonde double J. L'objectif à long terme est de préserver la fonction rénale en s'affranchissant des sondes double J et des corticoïdes. Un traitement chirurgical plus agressif par urétérolyse peut parfois se discuter chez des patients sélectionnés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Fibrose rétropéritonéale, Maladie à IgG4, Inflammation chronique, Hydronéphrose, Corticothérapie


Plan

Physiopathologie
Formes secondaires [, , , , , , , , , , , , , , , , ]

© 2022  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Tumeurs urologiques de l'enfant (néphroblastomes, rhabdomyosarcomes, prédispositions génétiques)
  • J. Rod, J. Rouger, J.-B. Marret
| Article suivant Article suivant
  • Tumeurs du rein. Entités fréquentes et nouveaux concepts dans l'OMS 2016
  • E. Compérat, C. Eymerit, J. Moroch, J. Varinot, P. Camparo

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.