S'abonner

Vie affective, désir d’enfant et parentalité chez les personnes avec schizophrénie - 30/07/22

Affective life, desire for children and parenthood in people with schizophrenia

Doi : 10.1016/j.amp.2022.07.017 
Marine Dubreucq a, , b, e , Guillaume Fond e, f, Romain Padovani g, Jasmina Mallet e, h, i, Julien Dubreucq c, d, e
a Centre référent de réhabilitation psychosociale REHALise, GCSMS REHACOOR42, Saint-Étienne, France 
b Centre diagnostic autisme adultes LEA2HN, GCSMS REHACOOR42, Saint-Étienne, France 
c Centre de Neurosciences Cognitives, UMR 5229, CNRS & Université Lyon 1, Lyon, France 
d Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, CHU de Saint-Étienne, Saint-Étienne, France 
e Fondation FondaMental, Créteil, France 
f CEReSS-Health Service Research and Quality of Life Center, Aix-Marseille university, AP–HM, 27, boulevard Jean-Moulin, 13005 Marseille, France 
g Cabinet libéral, Le Tampon, Réunion 
h Inserm UMR1266, institut de psychiatrie et de neurosciences de Paris, université de Paris, Paris, France 
i Service de psychiatrie, hôpital Louis Mourier, AP–HP, Colombes, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Saturday 30 July 2022
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

Vivre en couple et devenir parent font partie des objectifs majeurs et somme toute naturels de toute personne. Le fait de présenter une schizophrénie n’exempte pas de ce désir, et ce d’autant que cela peut contribuer au processus de rétablissement. Cela s’accompagne toutefois de nombreux défis : stigmatisation, isolement social, faible estime de soi, dysrégulation émotionnelle, dysfonctions sexuelles, risque accru de séparation et de violences faites aux femmes ; en période périnatale, moindre engagement dans les soins, risque accru de présenter des complications psychiatriques, obstétricales et néonatales, un trouble du lien parent-enfant, une altération de la qualité des interactions précoces parent-bébé et de placement de l’enfant. Malgré leur importance pour les personnes concernées, ces domaines ont pendant longtemps été rarement abordés en pratique clinique, y compris en réhabilitation psychosociale. Il est donc crucial d’aborder ces sujets de façon plus systématique lors des entretiens, par exemple en interrogeant la personne concernée sur sa vie affective, son désir d’enfant, sa représentation d’elle-même en tant que partenaire potentiel ou (futur) parent, et le cas échéant, son rôle parental. Ceci afin de renforcer l’alliance thérapeutique et l’engagement dans les soins, de prévenir les ruptures dans la continuité des parcours et d’améliorer le devenir, le bien-être et la qualité de vie des personnes concernées et de leurs proches. Il existe par ailleurs – en complément des soins habituels – des interventions de réhabilitation psychosociale abordant la vie affective et le projet de (re)devenir parent, en cours d’évaluation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

While many people with schizophrenia consider intimate relationships and parenting as central parts of their lives deeply affecting well-being and recovery, others report multiple challenges in these domains (e.g. stigma, social isolation, low self-esteem, emotional dysregulation, sexual dysfunctions, separation/divorce and domestic violence, low treatment adherence, perinatal complications, parenting difficulties, alteration of the quality of early parent-infant interactions, interruptions to the parenting role and custody loss). However, these domains are often overlooked in routine clinical practice and in psychiatric rehabilitation. It is therefore crucial to discuss these topics more systematically (e.g., desire to become involved in a relationship or to become a parent, representation of self as a prospective partner, parent or future parent, sexual dysfunctions, family planning) to improve patients’ outcome, well-being, and quality of life. In addition to the existing service provision, this paper presents discussions of individual and group-based psychiatric rehabilitation interventions (e.g., informed decision-making and shared-risk taking, group cognitive behavior therapy, metacognitively oriented psychoeducation) that were developed to improve outcomes for patients, infants, and relatives.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Couple, Désir d’enfant, Parentalité, Réhabilitation psychosociale, Rétablissement, Schizophrénie, Vie affective

Keywords : Couple, Desire to become parent, Intimate relationships, Parenthood, Psychosocial rehabilitation, Recovery, Schizophrenia


Plan


© 2022  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.